Google promet de ne pas utiliser l'intelligence artificielle pour des armes

Le patron de Google, Sundar Pichai, a énoncé une série de principes éthiques sur l'usage de l'intelligence artificielle.

Le patron de Google, Sundar Pichai, s\'exprime à San Francisco (Etats-Unis) le 4 octobre 2017.
Le patron de Google, Sundar Pichai, s'exprime à San Francisco (Etats-Unis) le 4 octobre 2017. (ELIJAH NOUVELAGE / AFP)

"Aujourd'hui, nous partageons nos principes", écrit le patron de la firme, Sundar Pichai. Jeudi 7 juin, Google a publié (lien en anglais) une série de principes éthiques sur l'usage de l'intelligence artificielle. Dans ce document, le géant du web développe sept objectifs à suivre, mais pas seulement. Google y détaille aussi les pratiques que la société s'interdit. Elle s'est notamment engagé à ce que ses travaux ne servent pas à fabriquer des armes "ou quoi que ce soit qui puisse causer des blessures". Le groupe ajoute toutefois qu'il ne renonce pas à travailler avec l'armée "dans d'autres domaines".

Ces annonces interviennent après un tollé interne sur une collaboration du groupe avec le Pentagone. Il participait en effet au projet "Maven", qui "exploitait des programmes d’intelligence artificielle afin d’analyser des images de drone", explique Le Monde. Après de nombreuses critiques en interne et une pétition "exigeant une 'politique claire affirmant que ni Google ni ses partenaires ne fabriqueront jamais des technologies de guerre'", comme l'explique le journal, Google avait annoncé la fin de ce partenariat.