Etats-Unis : chez Amazon, la création d'un deuxième syndicat à New York échoue

Amazon Labor Union (ALU) avait créé la surprise début avril en devenant le premier syndicat de l'entreprise outre-Atlantique.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le logo d'Amazon à l'entrée du centre de tri LDJ5, à New York (Etats-Unis). (MICHAEL M. SANTIAGO / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Après une première victoire retentissante, Amazon Labor Union (ALU), n'a pas réussi son pari. Les employés d'un centre de tri d'Amazon à New York ont voté à 62% contre l'arrivée du syndicat sur leur site. Selon un décompte retransmis en ligne, 618 employés ont voté "non" à la question de savoir s'ils voulaient être représentés par ALU, contre 380 ayant voté "oui".

Environ 1 633 salariés au total étaient appelés à se prononcer la semaine dernière, lors d'un scrutin étalé du 25 au 29 avril. Au total, 998 se sont exprimés, soit un taux de participation de 61%.

ALU avait créé la surprise, début avril, en devenant le premier syndicat de l'entreprise aux Etats-Unis, au sein de l'entrepôt JFK8, dans le quartier de Staten Island, à New York. Dans la foulée de son premier succès, ALU a suscité l'engouement, ses membres assurant avoir été contactés par des représentants d'entrepôts un peu partout dans le pays. L'organisation espérait engranger une nouvelle victoire au centre de tri LDJ5, de l'autre côté de la rue. En vain.

Amazon, de son côté, a déposé un recours contre le résultat du vote à JFK8, estimant notamment que des membres de l'ALU avaient "intimidé" les salariés et accusant l'antenne new-yorkaise de l'agence chargée de superviser le scrutin, NLRB, d'être biaisée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Amazon

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.