Cet article date de plus d'un an.

Immobilier : les prix flambent au Pays basque, les habitants s'élèvent contre la spéculation

Publié Mis à jour
Immobilier : les prix flambent au Pays basque, et les habitants s'élèvent contre la spéculation
Immobilier : les prix flambent au Pays basque, et les habitants s'élèvent contre la spéculation Immobilier : les prix flambent au Pays basque, et les habitants s'élèvent contre la spéculation (France 2)
Article rédigé par France 2 - L. Courté, T. Breton, P. Wursthorn, F. Fort, images drone : AirDroneOne
France Télévisions
France 2

Depuis les confinements, la façade atlantique est victime d'un succès parfois problématique. Le marché de l'immobilier y atteint des records. Plusieurs élus et habitants s'interrogent sur ces résidences secondaires vides une majeure partie de l'année, alors que la population locale ne parvient pas à se loger.

Au Pays basque, les logements s'arrachent à prix d'or, et les résidences comme les locations courtes durée se multiplient. Pour les habitants, se loger devient de plus en plus difficile. Depuis plusieurs mois, les Basques se mobilisent pour dire non à la spéculation immobilière. Ce jour-là, ils s'indignent de la vente d'une maison à Saint-Pée-sur-Nivelle (Pyrénées-Atlantiques), achetée 730 000 euros, puis remise en vente quelques jours plus tard 1,2 million d'euros. Sylvain Rabbé, un riverain, a décidé d'alerter les médias locaux et associations. Face au tollé provoqué, la maison a été retirée du marché.

Des villes côtières vidées de leurs habitants

L'explosion des prix de l'immobiliser a été accentuée par la crise sanitaire : +30% d'augmentation minimum sur toute la côte, où il devient difficile de se loger. Le voisin de Sylvain Rabbé loue sa maison depuis deux ans. Malgré deux salaires dans son foyer, il n'arrive pas à devenir propriétaire. "On a fait beaucoup de recherches, beaucoup de visiteurs. Mais après, ce sont des sommes exorbitantes", confie Thomas Castagnet. Pour accéder à la propriété, d'autres ont dû se résoudre à quitter leurs attaches, en dépit des conséquences familiales et professionnelles. Les villes côtières se vident progressivement de leurs habitants. Guéthary (Pyrénées-Atlantiques) est particulièrement touchée. Dans cette commune, 50% des logements sont des résidences secondaires.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.