Hôtels : des gérants appellent au boycott des sites de réservation en ligne

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Hôteliers : haro contre les sites de réservation
France 3
Article rédigé par
M.Damoy, J.Baeza, L.Courté, A.Lepinay, M.Ptak, F.Fontaine - France 3
France Télévisions

Les hôteliers expriment un ras-le-bol. Le secteur est impacté par la crise du Covid-19. Des professionnels appellent ainsi à boycotter les sites de réservation en ligne. En cause, les commissions imposées par ces plateformes.

Un gérant d'hôtel de Lille (Nord) aimerait que ses chambres soient directement réservées par ses clients. Mais pour maintenir sa fréquentation, l'établissement dépend à 50% des plateformes en ligne. "On a une quinzaine de chambres occupées sur 38, chaque chambre réservée c'est à peu près 15 euros de commission qui est réservée à la plate-forme, sur une année complète ça nous coûte à peu près 60 000 euros" explique Jean-Paul Dolizi, gérant du Contact Hôtel Saint-Maurice.

Proposer plus de services

Pour éviter de payer ces commissions et de détourner les clients de ces plateformes, il a même consenti à baisser ses prix. Mais les clients n'ont pas tous ce réflexe. Un hôtel du centre de La Rochelle (Charente-Maritime) a besoin de ces plateformes. Un employé l'assure : 80% des locations passent par elles. Pour attirer les clients sur son propre site, l'hôtel a choisi de proposer plus de services. "On a des promotions, des locations de vélos", énumère Neill Porteous, réceptionniste de l'hôtel Saint-Nicols. 300 hôtels indépendants ont lancé une campagne pour demander un geste aux plateformes.

Parmi nos sources

Collectif Contact Hôtels, regroupant 300 établissements indépendants, Thomas Richart, son président 

Booking.com / service de presse

Expedia, propriétaire de la plateforme Hotels.com / service de presse

Liste non exhaustive

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Airbnb

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.