INFO FRANCE 2. Matignon renonce à nommer Jean-Paul Huchon à l'Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières

La nomination de l'ancien président socialiste de la région Ile-de-France suscitait une polémique, notamment en raison de sa rémunération, évaluée à 148 000 euros annuels.

L\'ancien président socialiste de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, le 18 décembre 2015.
L'ancien président socialiste de la région Ile-de-France, Jean-Paul Huchon, le 18 décembre 2015. (MAXPPP)

Jean-Paul Huchon ne rejoindra finalement pas l'Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer), chargée de surveiller la bonne utilisation du réseau ferré par la SNCF, notamment. Alors que l'ancien président de la région Ile-de-France devait en prendre la présidence à partir de juillet – pour une rémunération à hauteur de 148 000 euros brut annuels –, Matignon a décidé de renoncer à cette nomination, a appris "L'Œil du 20 heures" de France 2 auprès des services du Premier ministre, jeudi 12 mai, confirmant une information du Canard enchaîné.

Un risque de "conflit d'intérêts sous-jacent"

Pour justifier cette décision, Matignon avance un argument de poids : la nomination de Jean-Paul Huchon courait de sérieux risques d'annulation. Membre du conseil de surveillance de la SNCF jusqu'à très récemment et ancien président du Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif), Jean-Paul Huchon n'aurait en effet pas pu prendre de décision concernant ces deux entreprises sans courir un risque de "conflit d'intérêts sous-jacent".

Ces éléments sont de nature à rendre en droit hautement fragile une nomination de Jean-Paul Huchon à la présidence de l’Arafer.Matignonà France 2

Face à la polémique suscitée par le salaire prévu pour cette mission et aux accusations de recasage, l'ancien président PS de la région Ile-de-France s'était justifié, samedi 7 mai, dans Le Parisien : "C'est un poste un peu technique. Mais pas nul : je serai un peu le CSA [Conseil supérieur de l'audiovisuel] du rail""J'ai bien été le président du Stif, et les trains, je connais. Eh oui, je peux encore servir !" ajoutait-il.

Une mission de six mois sur le tourisme 

Petit lot de consolation pour Jean-Paul Huchon : la mission sur le tourisme, que Matignon lui a confiée fin janvier, elle, est bien maintenue. D'une durée de six mois, elle concerne "la relance de la destination France", après les attentats de 2015. "Jean-Paul Huchon est légitime pour conduire cette mission, défend Matignon. Il a été président de la région Ile-de-France pendant dix-sept ans ; c’est la première destination touristique mondiale et la plus impactée par les attentats. La présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse, et la maire de Paris, Anne Hidalgo, ont également soutenu cette démarche."

Les services du Premier ministre précisent qu'un premier rapport intermédiaire a déjà été présenté. Les conclusions des travaux seront rendues en juillet. Rémunération : 3 500 euros net par mois.