Cet article date de plus de trois ans.

Paris : la mairie de Paris promet aux internautes de retirer des barrières présentées comme "anti-SDF"

La mairie de Paris était accusée d'avoir installé des barrières pour empêcher des sans-abri de s'installer. Contactée, la municipalité repousse la faute sur ses prédécesseurs et affirme vouloir retirer le matériel. Mais la mairie du 19e a une tout autre version, et affirme qu'il ne s'agit pas d'une barrière anti-SDF.

Article rédigé par
Hugo Cailloux - franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Des barrières entourent une grille d'aération, dans le 19e arrondissement de Paris, le 25 décembre 2017. (TWITTER / FRANCEINFO)

La mairie l'assure, les barrières vont être retirées. Du mobilier urbain destiné apparemment à empêcher les sans-abris de s'installer sur une grille d'aération, située dans le 19e arrondissement de Paris, a suscité une vague de signalements, mardi 26 décembre, après la publication d'une photo sur Twitter. Contactée par franceinfo, la mairie de Paris affirme découvrir le dispositif mis en cause et a pris la décision de les retirer.

"La pose de ces grilles a été portée à notre connaissance hier via les réseaux sociaux, explique la mairie à franceinfo. Dès que nous en avons eu connaissance, Anne Hidalgo a demandé leur retrait sans délais."

Entre la mairie de Paris et celle du 19e, deux versions contradictoires

La mairie de Paris reconnaît que ces grilles étaient destinées à empêcher les sans-abris de s'installer, mais remet la faute sur la mandature précédente (donc celle de Bertrand Delanoë). "Ces grilles ont été posées il y a huit ans effectivement pour empêcher les installations", nous a-t-on indiqué à l'hôtel de ville. Sur Twitter, un utilisateur confirmait que les barrières ont été installées à cette époque.

Sur son compte Twitter personnel, le conseiller en communication de la maire de Paris a défendu l'édile, affirmant que la ville de Paris ne recourt pas à ces dispositifs.

Mais le maire socialiste du 19e arrondissement, François Dagnaud, donne une autre explication sur Twitter : il assure que c'est pour assurer l'accès à "une bouche CPCU", la Compagnie parisienne de chauffage urbain, que les barrières ont été installées, il y a "plus de cinq ans". "En fonctionnement normal, aucune émission de chaleur à cet endroit", assure l'élu.

Des dispositifs utilisés par les propriétaires privés

Si la mairie de Paris n'utilise pas de ces meubles urbains, les propriétaires privés y ont recourt, comme le dénonce une campagne de la Fondation Abbé Pierre et d'Emmaüs. Sur un site internet lancé en décembre, les deux associations invitent les internautes à partager leurs photos de ces dispositifs qui empêchent les personnes sans domicile fixe de s'allonger.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.