Gouvernement : la conférence de presse de François Hollande

a revoir

Présenté parJulian Bugier

Diffusé le 18/09/2014Durée : 00h40

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Julian Bugier : Merci Philippe.

Le grand oral de François Hollande face a la presse. Après la rentrée particulièrement agitée, l'événement était attendu. Pendant plus de 2 heures, le chef de l'Etat a répondu aux questions de la presse. Croissance, chômage, impôts, engagement en Irak.

Le ton grave, parfois même tendu. C'est par la situation internationale que François Hollande commence. Sa seule annonce : l'autorisation de frappes aériennes en Irak.

J'ai décidé de répondre à la demande des autorités irakiennes pour accorder un soutien aérien, nous n'irons pas au-delà. Il n'y aura pas de troupes au sol et nous n'interviendrons qu'en Irak.

François Hollande se concentre ensuite sur la France. Sa majorité s'effrite et sa popularité est au plus bas, sera-t-il candidat en 2017 ? Il botte en touche.

Je suis Président, je ne suis pas candidat. Je serai Président jusqu'au bout, je n'ai pas d'autre objectif, d'autre devoir que de faire tout pour mon pays. Mon sort personnel n'est pas mon objectif.

A cette échéance, Manuel Valls pourrait-il le concurrencer? François Hollande et son Premier ministre font mine de s'en amuser.

Une rivalité pourrait s'installer entre vous.

Si vous regardez la vie politique, tout est envisageable. Si vous regardez Manuel Valls et moi, ce n'est pas envisageable.

Quant au retour annoncé de Nicolas Sarkozy, François Hollande joue fair-play.

Ceux qui ont gouverné le pays hier, et même avant-hier ont le droit de prétendre à diriger demain et apres-demain, c'est la démocratie.

L'affaire Thomas Thévenoud a profondément choqué. Le Président lui-même réclame sa démission, il n'est pas digne de rester député, dit-il. Quant à sa vie privée racontée dans un livre par Valérie Trierweiler, le Président ne souhaite plus y revenir.

J'ai déjà dit ce que j'avais pu ressentir, ce qui me paraissait essentiel au-dela des sentiments, qui est le respect de la fonction présidentielle.

Sur le plan économique, François Hollande assure qu'il n'y aura pas de hausse d'impôt et pas d'augmentation de la TVA.

Le JT
Les autres sujets du JT