Gastronomie : la gâche vendéenne

a revoir

Présenté parElise Lucet

Diffusé le 09/01/2014Durée : 00h48

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

La gâche vendéenne a obtenu il y a quelques semaines son "indication géographique protégée" (IGP). C'est un label exigeant, décerné par l'Europe, qui vient récompenser une production de qualité. Une viennoiserie qui n'est pas une brioche, contrairement à ce que l'on croit.

La gâche vendéenne, des airs de brioche. Voici la différence : la crème fraîche en supplément. Pour les amateurs, ça change tout.

C'est mieux que le brioche et c'est produit local.

C'est plus serré et très bon.

Crème fraîche et ingrédients traditionnels, oeufs, beurre, farine, lait, sucre, gros sel, levain. Pour les arômes, du rhum ou de la fleur d'oranger.

C'est le petit plus, cela va apporter un peu plus de moelleux et une meilleure conservation. C'est plus dense par rapport à la brioche.

Le boulanger retravaille la pâte à plusieurs reprises. La gâche va lever 3 fois au total pour une meilleure diffusion des arômes.

On va la façonner en forme ovale, c'est sa caractéristique. une tradition régionale. Elle remonte au moyen-âge. Une appellation commerciale désormais protégée. On ne pourra la fabriquer qu'en Vendée et dans les départements limitrophes.

C'est protéger ce que faisaient nos grands-parents. J'ai connu ça avec ma grand-mère et ma mère. Je la dégustais pendant le week-end de Pâques. Et à n'importe quelle heure de la journée.

A 4 heures ou en fin de dessert avec une petite mousse au chocolat. Il n'y a pas vraiment d'heure pour en manger.

La gâche vendéenne fait désormais partie des 200 produits français protégés par une appellation géorgraphique.

Le JT
Les autres sujets du JT
data:image/gif;base64,R0lGODlhAQABAAAAACH5BAEKAAEALAAAAAABAAEAAAICTAEAOw==