Qui sont les quatre personnalités qui vont entrer au Panthéon ?

Les résistants Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle et Pierre Brossolette, ainsi que l'ancien ministre de l'Education nationale Jean Zay vont faire leur entrée au Panthéon, selon les informations du "Figaro".

Le Panthéon, à Paris.
Le Panthéon, à Paris. (ARNAUD FRICH / ONLY FRANCE / AFP)

François Hollande devrait annoncer le transfert des cendres de quatre nouvelles personnalités au Panthéon, selon Le Figaro et Le Monde du 19 février. Le chef de l’Etat doit faire cette annonce, vendredi 21 février, lors de l'hommage qu'il rendra à la Résistance au Mont-Valérien (Hauts-de-Seine) où furent fusillés, il y a soixante-dix ans, 22 membres du Groupe Manouchian. Francetv info détaille les parcours de ces deux hommes et deux femmes.

Germaine Tillion, ethnologue et résistante

Elle entre dans la Résistance dès 1940, à son retour d'Algérie, où elle étudiait l'ethnologie. En 1941 et 1942, elle prend la direction d'une filière d'évasion des prisonniers de guerre, notamment britanniques. En août 1942, elle est arrêtée et déportée, en octobre 1943, à Ravensbrück, en Allemagne. Elle est transportée en Suède en Suède en avril 1945, quelques semaines avant la fin de la guerre. Elle meurt en 2008, à l'âge de 100 ans.

Geneviève de Gaulle-Anthonioz, nièce du général de Gaulle

Amie de Germaine Tillion, elle répond à l'appel de juin 1940 lancé par son oncle, Charles de Gaulle. Elle est arrêtée en juillet 1943 par la Gestapo dans une librairie parisienne, à 22 ans, raconte Culturebox. Elle est emprisonnée à Fresnes puis déportée vers le camp de concentration de Ravensbrück en janvier 1944. Après la guerre, elle participe à la naissance de l'ONG ATD Quart Monde et consacre sa vie à la lutte contre la pauvreté. Elle meurt en 2002, à l'âge de 81 ans, indique le site de l'ONG qu'elle a dirigée entre 1964 et 1998.

Pierre Brossolette, héros de la Résistance

Ce journaliste et homme politique s'est suicidé en mars 1944. Il s'est défenestré alors qu'il était torturé au quartier général de la Gestapo, à Paris, pour ne pas parler. L'évocation de son entrée au Panthéon a fait polémique dès janvier, notamment à cause des désaccords profonds entre Pierre Brossolette et un autre résistant célèbre entré au Panthéon, Jean Moulin, a raconté Jeanine Rovet, agrégée d'Histoire, sur Le Monde.fr.

Jean Zay, ministre de l'Education

Ministre de l'Education nationale de 1936 à 1939, il mène plusieurs réformes emblématiques de la République, dont la scolarité obligatoire jusqu'à 14 ans, et jette les fondements du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). En juin 1940, il est arrêté par le régime de Vichy pour "désertion" en tentant de rejoindre l'Afrique du Nord, et il est condamné à la déportation et à la dégradation militaire. Il est assassiné par la Milice en 1944. François Hollande lui avait rendu hommage le jour de son investiture à la présidence de la République.