VIDEO. Tuerie près d'Annecy : prudence du procureur sur les identités des victimes

Le procureur de la République d'Annecy, Eric Maillaud, se refuse à privilégier toute hypothèse et appelle à la prudence sur les liens qui unissaient les victimes, ainsi que sur leur identité, qui selon lui ne sont pas encore confirmées.

EVN

FRANCE - Les enquêteurs français exploraient, jeudi 6 septembre, toutes les pistes au lendemain de la tuerie de Chevaline (Haute-Savoie). Une fillette de 4 ans y a été retrouvée indemne, cachée sous les cadavres, dans la voiture de trois des victimes, des ressortissants Britanniques, près de huit heures après les faits.

Lors d'une conférence de presse, le procureur de la République d'Annecy, Eric Maillaud,  se refusait à privilégier toute hypothèse et appelait à la prudence quant aux identités et aux liens qui unissaient les victimes, en l'attente d'une identification formelle. 

L'origine irakienne du propriétaire de la voiture, vivant depuis de nombreuses années au Royaume, a été confirmée, mais les enquêteurs n'ont pas encore la certitude que cet homme fait bien partie des victimes. Deux passeports, suédois et irakien, qui pourraient appartenir aux deux femmes assises sur la banquette arrière, ont aussi été retrouvés.

Le procureur de la République d\'Annecy, Eric Maillaud, lors d\'une conférence de presse, jeudi 6 septembre 2012.
Le procureur de la République d'Annecy, Eric Maillaud, lors d'une conférence de presse, jeudi 6 septembre 2012. (JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)