VIDEO. Législatives dans le Doubs : Le "ni-ni" de l'UMP

Le bureau politique de l'UMP, réuni mardi 3 février, a annoncé sa décision et appelle donc à ne voter ni pour le PS ni pour le FN et prône l'abstention ou le vote blanc.

France 2

La décision du "ni-ni" adoptée mardi 3 février ne correspond pas à ce que souhaitait Nicolas Sarkozy qui voulait faire barrage au Front national. Cela correspond à un désaveu pour le président de l'UMP.

"Le texte final a été adopté à 22 voix contre 19", explique Guillaume Daret, du service politique de France 2.

Nicolas Sarkozy désavoué

Nicolas Sarkozy a été désavoué par l'aile dure du parti qui estime qu'il ne faut donner aucun signe de soutien au parti socialiste, même un signe de soutien implicite.

"Ce qu'on voit, c'est que depuis quelques jours, Nicolas Sarkozy tâtonne sur ce sujet", explique le journaliste. Selon lui, Nicolas Sarkozy veut se poser en rassembleur et ne veut mécontenter personne. "Le problème, c'est que c'est une impossible synthèse et que les premiers déçus sont ses soutiens historiques".

"Dimanche, on verra si les électeurs de droite suivent les consignes de l'UMP ou s'ils n'en ont rien à faire".

Le JT
Les autres sujets du JT
Le siège de l\'UMP, à Paris, le 27 mai 2014.
Le siège de l'UMP, à Paris, le 27 mai 2014. (VALENTINA CAMOZZA / CITIZENSIDE.COM / AFP)