VIDEO. La recherche sur les cellules souches devient industrielle

La France a autorisé, mi-juillet, la recherche sur l'embryon et les cellules souches, sous le contrôle de l'agence de la biomédecine. Depuis, la thérapie cellulaire s'industrialise.

Voir la vidéo
JOSEE BLANC-LAPIERRE ET ERIC DELAGNEAU - FRANCE 2

La recherche sur les cellules souches est désormais une activité économique à part entière en France. Le Parlement l'a autorisée, mi-juillet, sous le contrôle de l'agence de la biomédecine et la décision a été validée par le Conseil constitutionnel, début août.

Aux Ulis (Essonne), près de Paris, la recherche sur les cellules souches est pour la première fois pratiquée à l'échelle industrielle. Cinq projets de traitement des maladies cardiaques, du cancer de la peau et du diabète sont en cours dans ce laboratoire.

Le rêve de la jeunesse éternelle

"Le marché de la thérapie cellulaire est en pleine émergence. Il progresse de 20% à 40% par an. C'est une réserve de croissance considérable. Si on veut être leader demain, il faut investir aujourd'hui", clame Pierre-Noël Lirsac, président du laboratoire spécialisé CellforCure.

Au CHU de Toulouse, dix patients ont déjà bénéficié de la thérapie cellulaire. Huit d'entre eux vont bien. Les perspectives ouvertes par les cellules souches donnent des idées aux laboratoire privés. Certains proposent à leurs clients de conserver leurs cellules, de les faire rajeunir et de les réutiliser (peut-être) un jour. Un pari de 47 000 euros pour ceux qui rêvent de jeunesse éternelle.

Un biologiste travaille sur des cellules souches dans un laboratoire de la faculté de médecine de la Timone, le 6 avril 2006 à Marseille (Bouches-du-Rhône).
Un biologiste travaille sur des cellules souches dans un laboratoire de la faculté de médecine de la Timone, le 6 avril 2006 à Marseille (Bouches-du-Rhône). (BORIS HORVAT / AFP)