VIDEO. La brigade d’intervention rapide traque les conducteurs trop véloces

Les contrôles sont renforcés sur l’ensemble du réseau. Une équipe de France 3 a suivi la brigade rapide d’intervention sur l’A 13.

France 2

Le weekend de la Toussaint est l’un des plus meurtriers en France. Le long de l’autoroute A13, la brigade rapide d’intervention traque les véhicules qui roulent à plus de 30 kilomètres/heure au-dessus de la limite autorisée. Ces gendarmes d’élite tentent d’intervenir en cas de délit de très grande vitesse. "On est un peu les chasseurs de ceux qui font trop vite. On peut rester à attendre le ‘gibier’ quelques heures", explique l’adjudant-chef Frédéric Bonnet. "En principe, je regarde toujours sur la droite s’il y a des voitures, là, je n’ai pas eu le temps", déplore un conducteur épinglé par la brigade.

Une passion d’enfance

Seuls 110 gendarmes ont le droit de conduire des voitures de sport. Pour la plupart d’entre eux, c’est une passion. "J’aurais aimé être pilote. Tout petit, je regardais tous les grands prix de Formule 1 qui passaient à la télé", se souvient le chef Mickael Ruellan. "C’est une grande satisfaction et une fierté de travailler dans ce type de voiture", ajoute Frédéric Bonnet.

La sélection est difficile. 500 candidats se présentent chaque année, pour 12 sélectionnés. "Mickael, c’est notre star à nous, on le surnomme le pilote", disent ses collègues. La formation dure une semaine, sur le circuit des 24 heures du Mans avec une évaluation tous les quatre ans. "On s’est vraiment fait plaisir", raconte Mickael. La limite d’âge pour faire partie de la brigade rapide d’intervention est fixée à 39 ans.

Le JT
Les autres sujets du JT