Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Envoyé spécial. A Mayotte, les urgences débordées

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Envoyé spécial. A Mayotte, les urgences débordées
Envoyé spécial/France Télévisions
Article rédigé par
France Télévisions

Un centre hospitalier digne de ce nom, c’est l’un des avantages de la départementalisation de l’île de Mayotte. Mais les urgences mahoraises sont débordées, en particulier à cause des immigrés clandestins venus des Comores voisines, et le personnel est au bord de l’épuisement.  Extrait de "Mayotte, histoire d’une faillite", un reportage d’"Envoyé spécial".

La départementalisation de Mayotte a tenu une de ses promesses : il y a maintenant un centre hospitalier moderne. Mais depuis son ouverture, les consultations sont en constante augmentation : "On est à 150, 155 passages par jour, c’est une augmentation considérable comparée à il y a quelques années, où on était à peine à 100 par jour", explique le docteur Bah Assoumani, chef des urgences. Construit pour une population estimée à 200 000 habitants, l’hôpital en accueillerait déjà le double.

Le personnel soignant au bord de l’épuisement

Faute de structure sanitaire dans son pays, les Comores voisines, Hamidati a payé un passeur 300 euros pour se rendre à Mayotte pour faire soigner sa fille de sept ans, gravement asthmatique. "Pour payer le trajet, j’ai dû vendre une partie de mon terrain […]. Le plus important maintenant, c’est que mes enfants aient une vie meilleure. On n’a pas le choix. " Les Comoriens sont toujours plus nombreux à prendre le même chemin. En sous-effectif, le personnel soignant est au bord de l’épuisement, mais le docteur Bah Assoumani ne baisse pas les bras : "En tant que médecin, on ne regarde pas d’où vient la personne, on ne regarde pas si elle a les moyens de payer […]. Quelles que soient leurs origines, on va soigner les gens, sauf qu’on n’a pas les moyens. " En janvier 2016, le gouvernement a débloqué 14 millions d’euros pour cet hôpital, cela paraît bien peu face à l’afflux d’immigrés clandestins... qui ne tarit pas.

Extrait de "Mayotte, histoire d’une faillite", un reportage d’Anne-Charlotte Gourraud diffusé dans "Envoyé spécial" le jeudi 2 juin.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.