VIDEO. Désigné premier secrétaire, Cambadélis veut un PS "rassemblé, combatif et parfois insolent"

Le nouveau patron socialiste veut placer le parti sous le signe d'une "confiance exigante" vis-à-vis de l'exécutif.

Francetv info

Le député de Paris Jean-Christophe Cambadélis a été porté à la tête d'un Parti socialiste en crise, mardi 15 avril, parti qu'il a placé sous le signe d'une "confiance exigante" vis-à-vis de l'exécutif. Le successeur de Harlem Désir, nommé secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, a recueilli 67% des suffrages exprimés lors d'une réunion du Conseil national du PS contre 33% au candidat présenté par l'aile gauche du parti, Sylvain Mathieu, responsable de la fédération de la Nièvre.

"Les Français nous ont dit 'occupez-vous de nous', les militants nous ont dit 'occupez-vous de nous' : ce sera ça, ma feuille de route", a expliqué Jean-Christophe Cambadélis en conférence de presse au siège du parti, en référence à la déroute socialiste aux municipales. 

"Des états généraux plutôt qu'un congrès"

A ceux qui ont vu dans l'élection du député ex-strauss-kahnien de 62 ans un fait du prince, en l'occurrence François Hollande, le nouveau patron des socialistes a fait voeu d'indépendance. "Je veux construire un Parti socialiste rassemblé, combatif inventif, parfois insolent, mais qui soit en capacité d'aider le gouvernement et le président de la République", a-t-il expliqué. "C'est cela que j'ai résumé sous la formule d'une confiance exigeante".

Jean-Christophe Cambadelis a également annoncé pour l'autombne prochain l'organisation d'états généraux, que le Conseil national a préféré au congrès extraordinaire réclamé par l'aile gauche du parti, qui a fait voter une motion pour exiger un vote de la base. "Si nous voulons pleinement associer les militants, il vaut mieux la démarche des états généraux plutôt qu'un congrès", a expliqué le nouveau premier secrétaire. "Cela permet aux militants d'être plus impliqués, de parler en dehors de nos querelles de bocal", a-t-il ajouté, précisant qu'un vote militant sur la feuille de route et la direction du parti serait effectivement organisé.

Le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis, le 15 avril 2014 à Paris.
Le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis, le 15 avril 2014 à Paris. (JACQUES DEMARTHON / AFP)