Valérie Trierweiler "assume" avoir "écarté" Julien Dray

La compagne du président élu explique, dans "Le Figaro", pourquoi elle a interdit au député socialiste l'entrée du QG de campagne de François Hollande, mercredi. 

Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, à Paris le 7 mai 2012. 
Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, à Paris le 7 mai 2012.  (ZAER BELKALAI / CITIZENSIDE.COM / AFP )

Elle "assume". Valérie Trierweiler, la compagne du président élu François Hollande, s'explique dans Le Figaro, vendredi 11 mai, sur le fait d'avoir interdit au député PS Julien Dray l'entrée du QG de campagne, mercredi matin.

"Alors que l’équipe du candidat organisait son pot de fin de campagne, Julien Dray s’est présenté devant l’entrée alors qu’il n’était pas invité, racontait Le Parisien, jeudi. C’est la compagne du président élu, Valérie Trierweiler, qui s’est chargée elle-même de lui indiquer, fermement, la sortie".

DSK à l'anniversaire de Dray

"Oui, il y a une personne que j'ai écartée et j'assume, c'est Julien Dray", déclare dans Le Figaro la nouvelle Première dame. Elle n'avait guère apprécié que Julien Dray ait convié à son anniversaire Dominique Strauss-Kahn dans l'entre-deux-tours sans prévenir les autres invités - dont des responsables de la campagne de François Hollande -, de la présence de l'ancien directeur général du Fonds monétaire international.

Dans le portrait que lui consacre le quotidien, Valérie Trierweiler répète par ailleurs ce qu'elle a déjà confié au quotidien britannique Times sur la manière dont elle conçoit son rôle au côté de son compagnon devenu chef de l'Etat. "Il faut inventer la fonction et peut-être inventer une nouvelle expression que celle de Première dame", estime-t-elle, ajoutant que "pour l'instant, c'est encore totalement irréel. J'écarquille les yeux quand le journaliste du Times me dit 'vous êtes l'égale de Michelle Obama'".