Une dizaine de policiers ont passé la nuit sous deux grandes tentes plantées devant leur commissariat de Montbrison

Ils protestent contre la fermeture de leur commissariat prévue le 1er août.Ces policiers ont tendu deux banderoles proclamant "on à la fermeture" et "sécurité en danger". Ils font signer des pétitions aux passants et distribuent également des tracts sous forme de faux timbres amendes aux automobilistes.

Des policiers de Montbrison, le 3 février, devant leur commissariat protestent contre sa fermeture prévue le 1er août.
Des policiers de Montbrison, le 3 février, devant leur commissariat protestent contre sa fermeture prévue le 1er août. (AFP)

Ils protestent contre la fermeture de leur commissariat prévue le 1er août.

Ces policiers ont tendu deux banderoles proclamant "on à la fermeture" et "sécurité en danger". Ils font signer des pétitions aux passants et distribuent également des tracts sous forme de faux timbres amendes aux automobilistes.

La municipalité socialiste, qui avait voté contre la fermeture du commissariat, leur a exprimé son soutien en fournissant mercredi aux manifestants deux grands dômes, en plus de leurs propres tentes.

"Les collègues sont déterminés à rester le temps qu'il faudra et ils iront jusqu'au bout pour tenter de faire fléchir la position de l'administration", a poursuivi M. Tholly, prévoyant "d'autres actions, si ça ne bouge pas".

Selon le syndicaliste, leur mouvement a fait des émules jeudi matin à Libourne et à Pertuis, deux villes également concernées par la fermeture de leur commissariat et où des tentes ont été installées.

Selon lui, la récente mobilisation des CRS contre la suppression de deux compagnies à Lyon et Marseille, couronnée de succès, montre que "quand on lui met la pression, le gouvernement peut faire marche arrière".