Sarkozy en tête au 1er tour, Bayrou et Mélenchon à égalité, selon un sondage

Dans une enquête CSA, le président candidat récolte 30% d'intentions de vote devant François Hollande, à 28%. Marine Le Pen se place à 13,5%, juste devant les candidats du MoDem et du Front de gauche.

Le président candidat Nicolas sarkozy en meeting à Lyon (Rhône), le 17 mars 2012.
Le président candidat Nicolas sarkozy en meeting à Lyon (Rhône), le 17 mars 2012. (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Nicolas Sarkozy en tête au 1er tour de la présidentielle, le milieu de peloton qui se resserre... voici les principaux enseignements d'un sondage CSA pour BFMTV, 20 minutes et RMC rendu public jeudi 22 mars. Selon cette enquête, le président candidat se détache en tête, avec 30% des intentions de vote, prenant 2 points par rapport à la semaine précédente. Il devance François Hollande qui se maintient à 28% alors que les deux favoris affichaient le même score lors de l'enquête du 12-13 mars.

Marine Le Pen, candidate du Front national, s'établit à 13,5%, perdant 2,5%. En revanche, Jean-Luc Mélenchon et François Bayrou sont à égalité. Le candidat du Front de gauche et celui du MoDem sont tous deux crédités de 13% des intentions de vote. La candidate écologiste, Eva Joly, est à 2%, prenant un 1 point. Tous les autres, Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République), Nathalie Arthaud (LO), Philippe Poutou (NPA) et Jacques Cheminade, ne dépassent pas 0,5%.

Au second tour, François Hollande est toutefois donné largement vainqueur, à 54% des intentions de vote contre 46% au président sortant. Un score qui reste inchangé depuis huit jours.

Mélenchon profiterait de son meeting à la Bastille

Pour Jérôme Sainte-Marie, directeur du département Opinion de CSA, les deux points gagnés par Nicolas Sarkozy "tiennent peut-être un peu au forfait de Dominique de Villepin, mais s'expliquent davantage par des gains importants parmi les anciens électeurs de Jean-Marie Le Pen et les ouvriers". Une catégorie socio-professionnelle dans laquelle le candidat UMP "fait désormais jeu égal avec François Hollande et Marine Le Pen."

Quant à Jean-Luc Mélenchon, "juste après le rassemblement réussi et médiatisé de la Bastille" le 18 mars, il "amène des personnes jusqu'alors attentistes ou indifférentes à déclarer une intention de vote". Selon Jérôme Sainte-Marie, il a notamment séduit d'anciens électeurs d'Olivier Besancenot, ex-porte-parole du Nouveau Parti anticapitaliste.

Sondage réalisé par téléphone les 19 et 20 mars auprès d'un échantillon représentatif de 1 004 personnes âgées de 18 ans et plus, dont ont été extraites 888 personnes inscrites sur les listes électorales en France (méthode des quotas).