Un salarié parisien de France Télécom s'est suicidé le week-end dernier à son domicile, a-t-on appris vendredi

Les élus au comité d'hygiène et de sécurité (CHSCT) ont réclamé une enquête sur le dessinateur-projeteur de 53 ans travaillant dans l'est parisien.Il avait "tenté sans succès de reprendre son travail" en janvier, "faute d'avoir pu suivre une visite médicale", a affirmé Vincent Fonbonne, élu CGT au CHSCT.

Les élus au comité d'hygiène et de sécurité (CHSCT) ont réclamé une enquête sur le dessinateur-projeteur de 53 ans travaillant dans l'est parisien.

Il avait "tenté sans succès de reprendre son travail" en janvier, "faute d'avoir pu suivre une visite médicale", a affirmé Vincent Fonbonne, élu CGT au CHSCT.

"J'ai vu sa soeur et sa belle-soeur" aux obsèques, qui "m'ont dit que la famille n'acceptait pas ce suicide" et "pensait que l'entreprise était la cause principale", son divorce remontant à "une quinzaine d'années", a ajouté Vincent Fonbonne.

France Télécom a cependant démenti que le salarié ait tenté de reprendre son travail et indiqué qu'il était demandeur d'un congé de longue maladie. "Nous sommes profondément attristés par ce nouveau drame. Dans ces circonstances, le Groupe déplore la polémique que certains tentent de lancer sur une soi-disant opposition de la direction à la reprise du travail de ce salarié alors même que les faits contredisent formellement cette thèse", a déclaré un porte-parole.

Selon la CGT, "la visite médicale prévue après un arrêt de travail de plus de trois semaines n'a pas pu avoir lieu car "nos services médicaux n'ont pas eu l'agrément au plan national et ne sont pas aux normes". Ce salarié était en "grave dépression depuis avril 2009 suite aux profonds changements qu'il avait dû subir dans son travail et aux reproches, nouveaux, relatifs à son rendement et qu'il essuyait régulièrement."