Un résistant obtient la Légion d'honneur grâce à l'obstination d'un collégien

L'adolescent a passé deux ans à tenter de convaincre l'Elysée, rapportent plusieurs médias, vendredi 15 mai. Il a finalement obtenu satisfaction. 

Des médailles de chevalier de la Légion d\'honneur, le 22 septembre 2014, à l\'ambassade de France, à New York (Etats-Unis).
Des médailles de chevalier de la Légion d'honneur, le 22 septembre 2014, à l'ambassade de France, à New York (Etats-Unis). (ANDREW TOTH / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

Quelque 70 ans après la fin de la seconde guerre mondiale, Nicolas Vermandel, 89 ans, a obtenu la Légion d'honneur pour son passé de résistant. Il doit cette récompense à l'obstination d'un collégien du Gard, Nicolas Lenoir. Ce dernier a passé deux ans à rédiger des lettres à l'Elysée, jusqu'à obtenir satisfaction.

Hormis un prénom, rien ne réunit a priori l'octogénaire et l'adolescent. Mais en 2013, l'ancien combattant rend visite à une classe de troisième, au collège Henri-Pitot d'Aramon. Assis dans la classe, Nicolas Lenoir est alors impressionné par le récit du vieux monsieur. "Lorsqu'il évoquait son passé, il avait la gorge serrée. Il pleurait même", explique l'adolescent, cité par La Provence. "Il nous rapportait quelle colère, quelle tristesse aussi, il avait ressentie lorsque le gouvernement de Vichy, porté par Pétain, avait demandé à la France de se soumettre à l'armée allemande."

Coups de fil et courriers à l'Elysée

A la fin de la rencontre, l'élève file voir son professeur et lui demande si Nicolas Vermandel a reçu la Légion d'honneur. Et apprend que non. Pendant deux ans, l'adolescent passe des coups de fil et envoie des courriers à l'Elysée, adressés à François Hollande. "Je lui ai dit que c'est un ancien résistant, qu'il n'en reste malheureusement plus beaucoup, explique le jeune homme, au micro d'Europe 1. Donc, je lui ai demandé s'il pouvait lui remettre la Légion d'honneur."

Cette course de fond paie enfin, avec la publication d'un décret, le 12 avril. Nicolas Vermandel devait recevoir sa médaille le 15 mai. Affaibli et malade d'Alzheimer, ce dernier aurait versé quelques larmes en apprenant la nouvelle, précise La Provence. Soixante-dix ans après, son courage est enfin reconnu.