Trois raisons de renoncer à la Fête de la musique

Temps pourri, fêtards alcoolisés, voire tendus... Francetv info vous explique pourquoi il vaut mieux rester chez soi vendredi soir.

Des jeunes gens dansent à l\'occasion de la Fête de la musique, le 21 juin 2012 à Paris.
Des jeunes gens dansent à l'occasion de la Fête de la musique, le 21 juin 2012 à Paris. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Impossible d'y couper : vendredi 21 juin 2013, comme tous les précédents depuis 1982, on risque de vous demander ce que vous avez prévu pour la Fête de la musique. Vous avez peut-être même hâte d'y être, et de déambuler dans les rues en écoutant des reprises plus ou moins réussies un verre à la main. Vous avez tort. Non sans une certaine aigreur, francetv info vous explique pourquoi il ne faut surtout pas aller à la Fête de la musique.

1Il pleut, c'est un fait

C'est devenu une habitude ces dernières années : la Fête de la musique se déroule les pieds dans l'eau. En 2011, les trois-quarts de l'Hexagone étaient sous la pluie au moment de célébrer la trentième édition de l'évènement, dédiée –tout un symbole– à l'Outre-mer, rapportait Europe1.fr. Pire encore, l'an dernier, 32 départements avaient été placés sous vigilance orange aux orages par Météo-France. Du coup, certaines municipalités avaient carrément annulé les festivités en raison du mauvais temps. Parmi elles, Strasbourg, Mulhouse et Rouen, notait à l'époque LeFigaro.fr.

Le proverbe "jamais deux sans trois" se vérifiera-t-il pour la Fête de la musique 2013 ? Possible. Si Météo France a levé jeudi l'ensemble des alertes aux orages et aux crues qui étaient en encore vigueur dans douze départements, il devrait pleuvoir sur une bonne moitié ouest du pays. Le tout, avec des températures gravitant autour de 17 degrés en soirée. Pas franchement de quoi donner envie de fêter le solstice d'été.

2Tout le monde est ivre, voici les chiffres

Le mauvais temps ne vous a pas découragé, vous vous sentez prêt à gambader de rue en rue armé d'un imper' et bottes en caoutchouc ? Grand bien vous fasse, mais sachez que vous risquez fort de devoir cohabiter avec une faune très alcoolisée.

La Fête de la musique est en effet connue pour ses gigantesques beuveries. La nuit du 21 au 22 est même traditionnellement celle où les urgences accueillent le plus de de patients sévèrement alcoolisés, en seconde position derrière le Nouvel An, selon les données publiées le 7 mai par le bulletin épidémiologique de l'Institut de veille sanitaire (document PDF). Dans certaines localités, comme à Amiens (Somme), les élus ont décidé de restreindre sérieusement les possibilités de vendre de l'alcool dans la rue le jour J. Reste qu'il est difficile d'empêcher les badauds de circuler avec une bouteille achetée plus tôt.

3C'est parfois violent, la preuve

Enfin, le cocktail "alcool + rues bondées" a tendance à rendre certains participants à la Fête de la musique violents. Lors de l'édition 2012, en Ile-de-France, une personne a été tuée lors d'une rixe au couteau, alors que 187 autres avaient été interpellées, comme l'indiquait le Parisien. Deux ans plus tôt, Europe1.fr notait que le nombre d'arrestations dans Paris et ses environs grimpait à 239.

De ce point de vue, la Fête de la musique est comparable aux autres grands évènements en extérieur, comme le Nouvel an (205 arrestations à Paris en 2013) ou le 14-Juillet (plus de 200 interpellations en 2011).

Si vous ne souhaitez pas passer la soirée à écouter une reprise massacrée de Nirvana sous la pluie, entouré de fêtards imbibés voire tendus, il vous reste toujours l'option plateau-télé. Arte diffuse ce 21 juin l'excellent opéra Cosi fan tutte de Mozart, et Patrick Sébastien accueille sur France 2 une ribambelle de stars de la chanson française.