Trois députés pas comme les autres

Dans la nouvelle Assemblée, Michel Pouzol, Paul Molac et Antoine Herth tranchent par leur parcours. Ex-Rmiste, agriculteur, chanteur breton : portrait de trois députés atypiques.

Les 577 députés nouvellement élus sont entrés à l\'Assemblée nationale mardi 26 juin 2012.
Les 577 députés nouvellement élus sont entrés à l'Assemblée nationale mardi 26 juin 2012. (JOEL SAGET / AFP PHOTO)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Passion étonnante, passé surprenant, ou profession peu commune : dans la nouvelle Assemblée nationale, dont la première séance s'ouvre mardi 26 juin, Michel Pouzol, Paul Molac et Antoine Herth tranchent par leur parcours. 

• Michel Pouzol, "du mobil-home au Palais Bourbon"

Son parcours. Interrogé sur RTL mardi 26 juin, le nouveau député est revenu sur son passé. Il y a quelques années, Michel Pouzol était Rmiste et vivait dans un cabanon avec sa femme et ses trois enfants. En battant la députée sortante UMP, Geneviève Colot, avec 53% des suffrages dans la 3e circonscription de l’Essonne (Dourdan-Brétigny-sur-Orge), il "passe du mobil-home au Palais Bourbon", déclare-t-il. 

Le Parisien s'est également intéressé à ce député socialiste au parcours atypique. "C'est un gamin de Clermont-Ferrand élevé à la dure, arrivé à Paris pour percer dans le monde du cinéma", résume le quotidien. A Paris, le cinéma lui offrira le pire et le meilleur. Très vite, il fait sa place, "on le sollicite comme réalisateur, ses films passent à la télé et il devient même professeur au cour Florent", raconte le journal. Mais un jour, tout s'arrête.

Sans travail, Michel Pouzol est emporté par le surendettement : un an et démi de grandes difficultés. Puis, les choses s'arrangent peu à peu : "Une association l’aide, il trouve un boulot chez Sony, intègre deux ans plus tard une HLM et, un soir, croise une militante socialiste à Brétigny. Lui qui ne croit pas à la politique se laisse convaincre par sa femme d’assister en 2006 à un meeting de… François Hollande à Evry. Puis à des réunions de section du PS", explique le quotidien. Aujourd'hui, à 49 ans, il entame sa troisième vie à l’Assemblée nationale.

Ses idées. Parmi ses chantiers : aider les cinémas d’art et d’essai à passer au numérique. Il sera aussi membre de la commission des affaires économiques.

• Paul Molac, chanteur trilingue français-breton-gallo

Son parcours. Autre député haut en couleurs, Paul Molac, 50 ans, issu de l'union PS, EELV et UDB (Union démocratique bretonne) qui a arraché le Morbihan à François Guéant, fils de l'ancien ministre de l'Intérieur. Ce n'est pas un parachuté. Loin de là : proche des régionalistes, il est très fortement attaché à sa région, la Bretagne.  

RTL l'a également reçu ce mardi. Sur son site, la radio ébauche le portrait de ce personnage hors-normes : "Paul Molac a été le président pendant dix ans de Div Yezh, une association pour l'enseignement du breton. Il parle cette langue avec ses sept enfants." Il connaît aussi le gallo, une langue parlée à l'est de la Bretagne. Un cocktail linguistique qui est la marque de fabrique de son groupe de chant traditionnel, Ferzae.

Ses idées. Sur les ondes de RTL, il a résumé son programme ainsi :"Donner à la culture bretonne les moyens d'exister."

• Antoine Herth, agriculteur et député

Son parcours. L'Alsace, dans un article du 19 juin, présente un autre député atypique : l'UMP Antoine Herth, qui a remporté la 5e circonscription du Bas-Rhin. 

L'agriculture, c'est son premier choix. "Tout en passant son brevet de technicien agricole, Antoine Herth présente le bac en candidat libre pour poursuivre les études, raconte le journal. "Il l’obtient avec mention, malgré un 9 en philo, mais se rabat sur un BTS agricole avant de reprendre très vite l’exploitation familiale."

La politique viendra après. Il a commencé par l'engagement syndical : "C'était une façon de poursuivre ma formation, explique-t-il dans le quotidien régional. Comment manager une équipe, comprendre un contexte, dégager des priorités." Aujourd'hui, ce sont des "fondamentaux" qui lui sont utiles en politique. 

Ses idées. L'agriculture doit redorer son blason. Il est persuadé que le bio, le développement durable ou les biocarburants peuvent sauver les agriculteurs français.