Thibault (CGT) prêt à faire bande à part

Bernard Thibault n'exclut pas de prendre "des initiatives au niveau national" sans l'aval de ses partenaires

Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT
Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT (© France 2)
Bernard Thibault n'exclut pas de prendre "des initiatives au niveau national" sans l'aval de ses partenairesBernard Thibault n'exclut pas de prendre "des initiatives au niveau national" sans l'aval de ses partenaires

"S'il n'y a pas unanimité sur la reprise d'initiatives coordonnées au plan national, il faudra les envisager avec ceux qui veulent les prendre sur la base de la plate-forme commune de haut niveau", déclare le secrétaire général de la CGT dans l'Humanité Dimanche.

Huit syndicats ont signé en mai dernier une plate-forme revendicative commune.

Dans ce document, les syndicats CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires et Unsa réclament une hausse du Smic, des minima sociaux et des retraites", la suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires et du bouclier fiscal, l'arrêt des suppressions d'emplois dans les fonctions publiques et la prolongation de l'indemnisation des demandeurs d'emploi en fin de droits.

"Nous travaillons dans le cadre unitaire le plus large mais nous sommes aussi le premier syndicat du pays et l'on ne peut pas continuer à laisser les choses se dégrader", ajoute Bernard Thibault dans l'Humanité Dimanche.

Le leader syndical déplore par ailleurs "la dispertion syndicale" en France qui est selon lui "un fléau". "Ce problème ne se résoudra pas par des opérations du type fusion entre tel et tel syndicat. N'y a-t-il pas de la place pour construire des rapports plus permanents entre les syndicats ?", se demande-t-il.