Cet article date de plus de douze ans.

Simone Veil arrive en tête du classement des femmes préférées des Français, selon un sondage Ifop

Publié par le Journal du Dimanche à l'occasion du 100è anniversaire de la Journée mondiale des Femmes, le sondage met à l'honneur l'ex-ministre de la Santé, initiatrice de la loi autorisant l'avortement en 1975, qui obtient cette consécration avant de faire son entrée, le 18 mars, à l'Académie française où elle sera la cinquième femme à siéger.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 

Publié par le Journal du Dimanche à l'occasion du 100è anniversaire de la Journée mondiale des Femmes, le sondage met à l'honneur l'ex-ministre de la Santé, initiatrice de la loi autorisant l'avortement en 1975, qui obtient cette consécration avant de faire son entrée, le 18 mars, à l'Académie française où elle sera la cinquième femme à siéger.

Derrière Simone Veil, des femmes qui distraient
"Simone Veil incarne le consensus dans la société : elle est placée au premier rang par les sympathisants de gauche comme de droite et, bien sûr, par les femmes", souligne Frédéric Dabi, directeur du département Opinion de l'institut Ifop, dans les colonnes du JDD samedi.

Les Français mettent ensuite à l'honneur des femmes qui les distraient, les actrices Valérie Lemercier, Mimie Mathy, Sophie Marceau et Marion Cotillard.

La première personnalité de la sphère politique après Simone Veil est Bernadette Chirac qui n'arrive qu'en 22e position.

Suivent les membres du gouvernement Rama Yade (24e), Fadela Amara (25e), Christine Lagarde (27e), l'actuelle première dame Carla Bruni (28e), la dirigeante écologiste Cécile Duflot (29e), la présidente du Medef Laurence Parisot (30e), la patronne du PS Martine Aubry (31e) et l'ex-ministre de la Justice Rachida Dati (32e), devant la ministre de la Santé Roselyne Bachelot (34e). Ségolène Royal, la présidente PS de Poitou-Charentes, ferme la marche.

Mme Veil outrée par la nomination d'un homme à la place d'une femme au Conseil constitutionnel
Interviewée par le JDD, Simone Veil, 82 ans, se dit touchée par ce témoignage de confiance mais juge que la Journée de la femme est cette année entachée par la nomination d'un homme au Conseil constitutionnel sur un poste auparavant occupé par une femme.

"Désormais il n'y aura plus qu'une seule femme dans cette institution où j'ai moi-même siégé. Je trouve cela honteux ! Quel cadeau pour un 8 mars !", affirme-t-elle.

Sondage réalisé du 25 au 26 février 2010 auprès de 1.005 personnes, représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.