Selon un baromètre annuel IPSOS, 50 % des jeunes sondés se disent angoissés pour leur avenir

"Désabusés, peinant à se projeter dans l'avenir", ils sont 50 % à penser "que les études et les efforts ne paient plus", précise cette série de deux sondages réalisés pour le Secours populaire.Dans le même temps, l'ensemble des personnes interrogées se montrent pessimiste pour l'avenir des jeunes.

Etudiants à l\'université Paris III-Censier le 25 mai 2009
Etudiants à l'université Paris III-Censier le 25 mai 2009 (AFP - STEPHANE DE SAKUTIN)

"Désabusés, peinant à se projeter dans l'avenir", ils sont 50 % à penser "que les études et les efforts ne paient plus", précise cette série de deux sondages réalisés pour le Secours populaire.

Dans le même temps, l'ensemble des personnes interrogées se montrent pessimiste pour l'avenir des jeunes.

84 % des Français sondés considèrent que les risques pour les enfants de connaître un jour une situation de pauvreté sont plus élevés que pour leur génération, soit un point de moins que l'année dernière. A cette question, 53 % ont même répondu "beaucoup plus".

Le sondage sur la perception de la pauvreté par les Français a été réalisé par téléphone, les 9 et 10 juillet 2010, auprès de 1021 personnes constituant un échantillon représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Celui sur la place des jeunes dans la société a été effectué par téléphone, du 9 au 24 juillet, auprès de 611 jeunes de 18 à 30 ans, issus d'un échantillon national représentatif de 2895 Français âgés de 15 ans et plus, selon la méthode des quotas.