Rouen. La circulation perturbée après l'incendie de deux camions sur le pont Mathilde

Des experts examinent la structure du pont pour voir si elle n'a pas été fragilisée par le feu. 

Les pompiers sont parvenus à venir à bout de l\'incendie qui s\'est déclaré, le 29 octobre 2012, sur le pont Mathilde à Rouen (Seine-Maritime).
Les pompiers sont parvenus à venir à bout de l'incendie qui s'est déclaré, le 29 octobre 2012, sur le pont Mathilde à Rouen (Seine-Maritime). (BORIS MASLARD / MAXPPP)

FRANCE – L'incendie de deux camions survenu lundi 29 octobre dans la matinée sur le pont Mathilde, à Rouen (Seine-Maritime), a fait deux blessés. Mais côté matériel, le bilan se révèle lourd. Deux poids lourds, dont le camion-citerne qui a pris feu, ont été détruits sur le pont. Et sur un parking en contrebas, trois camions et trois caravanes ont été anéantis ou endommagés, selon l'AFP. Quant au pont, des experts devaient examiner dans la soirée sa structure pour voir si elle n'avait pas été fragilisée par le feu. La préfecture a estimé que sa réouverture ne pourrait être autorisée "avant plusieurs jours".

La circulation perturbée

Le pont Mathilde constitue un élément important du décongestionnement de Rouen. Ouvert en 1979 et emprunté chaque jour par 75 000 véhicules, il relie, par le centre de la ville, les zones industrielles de l'est de l'agglomération à l'autoroute A28 qui dessert le nord de la France. Dès lundi, sa fermeture a provoqué d’importants bouchons sur tous les axes menant à Rouen. Une situation qui risque de durer si le pont est endommagé. 

"C’est la structure du pont qui risque d’être touchée par le fort dégagement de chaleur sur le béton et sur les poutrelles métalliques (travées), indique France 3 Haute-Normandie. Un risque d’effondrement existe et a motivé l’interdiction de circulation sur le pont et sur les voies situées en-dessous."

La raison de l'accident encore indéterminée

Vers 11 heures, un camion-citerne s'est couché sur la chaussée du pont Mathilde, avant de heurter de plein fouet un camion frigorifique arrivant en face. La citerne s'est aussitôt éventrée et les 22 000 litres de gazole et 9 000 litres de supercarburant qu'elle contenait se sont immédiatement embrasés.

Ces hydrocarbures enflammés se sont répandus sur la chaussée avant de couler en contrebas, rive gauche de la Seine, sur un parking où stationnaient des véhicules de forains.

France 3 Haute-Normandie