Cet article date de plus d'un an.

"On met les élèves dans la peau d'un scientifique" : une "Newton room" dans un collège à Angers pour donner le goût des sciences

À Angers, la première Newton Room permanente vient d'ouvrir au collège Félix Landreau. Une salle financée par Boeing où les élèves du Maine-et-Loire sont invités à découvrir les sciences de façon ludique.

Article rédigé par franceinfo - Boris Hallier
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
À Angers, la première Newton Room permanente vient d'ouvrir au collège Félix Landreau, juin 2022. (BORIS HALLIER / RADIO FRANCE)

Face aux critiques liées à la réforme du lycée, le ministère de l'Éducation nationale avait décidé de proposer 1h30 de mathématiques en plus aux élèves qui n'ont pas pris la spécialité à la rentrée 2022. Mais cela reste facultatif et certains déplorent un désintérêt des jeunes pour cette matière. Pour donner le goût des sciences aux élèves, les équipes pédagogiques tentent d'innover avec la Newton Room. Cette salle hors du commun vient d'ouvrir au collège Félix Landreau, à Angers, dans le Maine-et-Loire.

>>Rentrée des classes : on vous explique pourquoi la mise en place de "l'option maths" en classe de première a viré au casse-tête

Prière d'enlever vos chaussures, le cours se fait en chaussettes et blouse blanche sur les épaules. "On essaye de faire fonctionner le robot", lance une adolescente. Ces élèves de sixième découvrent la Newton Room, un concept qui est né en Norvège. "L'idée, c'est de les immerger un peu dans une ambiance de laboratoire, explique Stanislas Gabrovsek, le professeur référent, en les faisant travailler pieds nus, parce qu'on va beaucoup travailler sur le sol et en blouse blanche pour les mettre un peu dans la peau d'un scientifique. C'est psychologique mais c'est important."

La Newton room au collège Félix Landreau à Angers est financée par l'entreprise Boeing, juin 2022. (BORIS HALLIER / RADIO FRANCE)

Un matériel dernier cri

Dans cette ancienne salle de cours classique, on retrouve un grand écran tactile, une estrade et des robots que les élèves doivent programmer. "Ça marche avec un logiciel, on doit calculer combien de rotation les roues doivent faire pour être le plus près sur la piste", détaille un élève. Ce matériel dernier cri a été financé par l'entreprise Boeing et il est à disposition de tous les collégiens du département. "On a un site sur lequel les professeurs intéressés viennent réserver un créneau, explique Stanislas Gabrovsek. Tout le matériel qu'on a là, c'est du matériel dont on ne pourrait pas se doter dans un collège normal. Chaque boîte de robot vaut 500 euros, donc on en a quatorze."

Au sein de la Newton Room au collège Félix Landreau à Angers, les élèves du Maine-et-Loire sont invités à découvrir les sciences de façon ludique, juin 2022. (BORIS HALLIER / RADIO FRANCE)

"Quelle est la différence entre la distance parcourue et celle que tu avais calculé ?", demande un professeur. "On va mettre 18,4 moins 17,8", répond l'élève sous l'approbation de l'enseignant. Dans un rapport rendu au ministère de l'Éducation en mars 2022, des experts notaient des enseignements scientifiques mal adapté à la vie future des élèves. Pour le professeur de mathématiques Romain Alfandari, la séance du jour vient compléter ses cours : "Quand je vois ce que j'ai galéré à leur apprendre en une année, on voit que finalement, peut être que ça y est, ils retiendraient mieux avec le côté concret."

En plus, ça ne marche pas forcément toujours chez les mêmes élèves. Les élèves qui ne seraient pas forcément bons vont se retrouver bons sur le côté pratique et vont avoir confiance en eux : 'Oh j'ai réussi, ça sert à tout les maths !' Mais c'est dur de trouver une application qui puisse servir au quotidien."

Romain Alfandari, professeur de mathématique

à franceinfo

Un atelier pratique qui a l'air de plaire aux élèves. "On s'amuse bien, on fait des trucs comme des scientifiques", conclut l'un d'eux.

Une "Newton room" dans un collège à Angers pour donner le goût des sciences - Un reportage de Boris Hallier

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.