Cet article date de plus de quatre ans.

Le calendrier des vacances de la Toussaint, qui débutent en milieu de semaine, fait polémique

Les associations de parents d'élèves et de professionnels de l'hôtellerie s'inquiètent de ces dates décalées par rapport aux années précédentes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre de l'Education, Najat Vallaud-Belkacem, lors d'une conférence de presse à Paris, le 29 août 2016. (MAXPPP)

La rentrée scolaire n'a pas encore eu lieu, mais certains se sont déjà penchés sur le calendrier des prochaines vacances, et ont eu une surprise : les premières vacances scolaires, celles de la Toussaint, auront lieu du mercredi 19 octobre au jeudi 3 novembre, dans toutes les zones. La tradition veut pourtant que les vacances couvrent deux semaines complètes, débutent un samedi et se terminent un dimanche. Et cette innovation du ministère de l'Education suscite des critiques.

"Ce calendrier ne prend absolument pas en compte les besoins et les difficultés des familles", a déploré Liliana Moyano, présidente de la FCPE, la principale organisation de parents d'élèves, citée par Le Figaro. Pour elle, il est plus difficile de trouver des moyens de garder ses enfants en milieu de semaine. "Ces vacances en milieu de semaine créent une rupture chez l'enfant", estime-t-elle également.

"Le calendrier ne changera pas" 

Ces dates sont également "un non-sens économique" aux yeux de Thierry Grégoire, représentant du syndicat hôtelier Umih, cité par Europe 1. Les locations commencent en effet le plus souvent le samedi, et non en milieu de semaine. Ces dates pourraient aussi provoquer des difficultés au niveau des transports.

Pour se défendre, le ministère de l'Education explique avoir voulu respecter le rythme des enfants, en ne dépassant pas la limite de sept semaines travaillées avant les vacances. Or, la rentrée scolaire aura lieu le jeudi 1er septembre. "Le calendrier a été voté en l'état pour trois ans, et il ne changera pas", assure le ministère au Figaro.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.