Info franceinfo Après la rentrée scolaire, il manque un professeur dans près de la moitié des établissements du secondaire, selon une enquête du Snes-FSU

Dans cette enquête, révélée par franceinfo et réalisée dans 500 établissements par le principal syndicat du second degré, il manque en moyenne au moins un enseignant dans 48% des collèges et lycées de métropole.
Article rédigé par Noémie Bonnin
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une classe de 6e dans un collège le jour de la rentrée scolaire. Photo d'illustration. (DAVID ADEMAS / OUEST-FRANCE / MAXPPP)

Une semaine après la rentrée, il manque un professeur dans près de la moitié des établissements du secondaire en France, selon une enquête du Snes-FSU, le principal syndicat d’enseignants dans les collèges et lycées, révélée lundi 11 septembre par franceinfo. Plus précisément, cette enquête réalisée la semaine dernière, menée dans plus de 500 établissements représentatifs du système scolaire français, indique qu'il manque en moyenne au moins un enseignant dans 48% des collèges et lycées de l'Hexagone, hors outre-mer.

>> Rentrée scolaire 2023 : trois questions sur la formation "dès l'après-bac" pour devenir enseignant proposée par Emmanuel Macron

Ces constatations du Snes-FSU viennent contredire les propos affirmatifs du ministre de l’Éducation nationale, Gabriel Attal ou même d’Emmanuel Macron indiquant qu'il y "aura bien un professeur devant chaque élève".

L'académie de Créteil est la plus touchée

Les informations ont été envoyées par les délégués syndicaux locaux la semaine dernière, et ce sont principalement les mêmes tendances que l’an dernier. Toutes les régions ne sont pas touchées de la même manière. Sans surprise, les trous dans les emplois du temps sont plus nombreux dans l’académie de Créteil notamment, qui regroupe trois départements dans l’est de l'Île-de-France, malgré le rectorat qui y embauche de nombreux contractuels. Le syndicat relève aussi des manques importants dans l’académie d’Orléans-Tours, dans celle de Normandie ou encore dans certaines villes comme Nantes.

Les matières les plus touchées par ces pénuries, ce sont les mathématiques, un problème récurrent dans cette discipline, mais il manque aussi pas mal de professeurs de sciences de l’ingénieur (une spécialité portant sur les sciences et la technologie dans les domaines de la mécanique ou encore de l'informatique), ou d’anglais.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.