Qui sont les vrais pères Noël ?

En cette période de Noël, les barbes blanches sont de sortie. FTVi vous dévoile qui se cache sous les bonnets rouges et comment s'effectue leur recrutement.

Le père Noël du parvis de la Défense (Hauts-de-Seine), le 16 décembre 2011.
Le père Noël du parvis de la Défense (Hauts-de-Seine), le 16 décembre 2011. (FTVi)

"Père Noël, est-ce que je peux faire une photo avec vous ?" Les enfants s'agitent sur le marché de Noël de la Défense (Hauts-de-Seine), mais la question vient d'une dame en chaussures à talons, qui a passé l'âge d'y croire. Dix minutes plus tard, une autre femme pose la même question, mais pour sa petite fille.

A chaque demande, le père Noël s'exécute avec un sourire, comme tous les jours de fin novembre au 24 décembre. Et il n'est pas le seul : pendant les fêtes de fin d'année, les pères Noël sont nombreux à investir les boutiques, les grandes surfaces et les marchés de Noël. Mais qui se cache derrière les barbes blanches ? FTVi dévoile qui sont les vrais pères Noël et comment ils sont recrutés.

• Quel est leur profil ?

Pour être un père Noël, il faut parvenir à incarner le personnage. La plupart d'entre eux sont donc des intermittents du spectacle. Père et mère Noël à domicile pendant les fêtes de fin d'année à Marseille (Bouches-du-Rhône) depuis quinze ans environ, Luigi et Antoinette - ce sont leurs noms de scène - sont ainsi clowns le reste de l'année. Des retraités et des chômeurs occupent aussi ces emplois temporaires. Ainsi, Sandrine Monnier, à la tête d'une agence d'événementiel qui propose la visite du père Noël à domicile à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), tenait à employer une personne en recherche d'emploi. Elle rémunère son père Noël 10 euros sur les 25 euros qu'elle demande à chaque visite.

• Quelles sont leurs motivations ?

Père Noël au grand magasin Printemps Haussmann à Paris depuis quatre ans, Alain Rupaud, agent EDF à la retraite, reconnaît que cette activité lui apporte un complément de revenu. "Mais je suis payé à peine plus que le Smic, donc c'est aussi et surtout pour le plaisir que je le fais", affirme-t-il. Sa principale motivation est "de voir les enfants heureux".

Entre le 1er et le 24 décembre, de 10 heures à 15 heures du lundi au vendredi, Alain Rupaud revêt le célèbre costume rouge et s'installe dans un fauteuil pour réaliser des photos souvenirs avec les enfants. Ce n'est pas toujours évident : les enfants n'ont pas tous le sourire aux lèvres. Ce vendredi 16 décembre, certains sont impressionnés, voire un peu effrayés devant sa longue barbe blanche. "Parfois ils s'en vont", confie-t-il à Tiphaine de Tricornot et Caroline Robillard, de France 2. A lui de trouver le moyen de les amadouer. Ce jour-là, cela a fonctionné.

FTVi / Tiphaine de Tricorneau et Caroline Robillard, France 2

"On ne fait pas ça pour l'argent. Si cela ne nous plaisait pas autant, nous aurions arrêté", expliquent Luigi et Antoinette. Ils facturent la visite de cinq minutes à domicile 60 euros, mais cela ne leur permet pas de subvenir à leurs besoins. "Depuis deux à trois ans, ça ne marche plus aussi bien. Mon mari a dû trouver un boulot à temps partiel pour compléter nos revenus. Il est réceptionniste, la nuit, pour continuer à être clown", précise Antoinette. 

Pour le père Noël du marché de Noël du parvis de la Défense, il faut rêver de revêtir manteau et bonnet rouge depuis toujours pour exercer cette activité. "Sinon, c'est une véritable corvée", explique-t-il. Totalement investi dans son rôle, il tient à véhiculer une image "au plus près de celle que les gens ont gardé de leur enfance". C'est pour cette raison qu'il tient à garder l'anonymat et affirme avec sérieux qu'il fait ce métier "depuis 400 ans".

• Comment sont-ils recrutés ?

Pôle emploi propose des offres pour les fêtes de fin d'année. L'établissement public a conclu cette année un partenariat avec une agence d'hôte(sse)s pour trouver des pères Noël en Ile-de-France. A Nantes (Loire-Atlantique), les postes de père Noël sont disponibles dès octobre, comme l'explique une conseillère de Pôle emploi dans ce reportage de France 3.

France 3

Mais les petites annonces restent le moyen privilégié pour recruter, surtout sur internet"Bon relationnel avec les enfants, homme de 40 ans et plus, type européen, minimum 1m70, corpulence à l'image du père Noël" sont les critères recherchés par la société Procam, comme l'indique une annonce publiée sur CastProd.com. Le contact avec les enfants étant primordial, Sandrine Monnier, de l'agence d'événementiel de Villeneuve-sur-Lot, a quant à elle demandé l'aide de son entourage pour trouver une personne de confiance.  

Un autre aspect peut peser dans le recrutement : la résistance au froid. "Un père Noël qui déambule dans une gare, ou qui suit un photographe dans un centre commercial doit tenir le coup", souligne le site d'information Rue89.

Pour Bruce Meritte, directeur de communication du marché de Noël du quartier de la Défense, un physique comparable à celui du père Noël et la capacité à jouer le personnage comptent beaucoup. C'est sur ces critères que le père Noël de la Défense a été recruté il y a six ans. "Il se prend pour le vrai père Noël. Nous cherchions quelqu'un comme lui, qui joue le jeu à fond", souligne Bruce Meritte. L'objectif est de proposer des pères Noël crédibles, pour faire vivre la magie jusqu'au bout.