Cet article date de plus de sept ans.

Les quatre perturbateurs du TGV Paris-Perpignan condamnés

Ils avaient "terrorisé" les voyageurs samedi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un TGV arrive en gare de Lyon, à Paris, le 11 décembre 2011. ( MAXPPP)

Un à trois mois de prison aménageables. La peine à laquelle ont été condamnés, mercredi 14 août, quatre perturbateurs d'un TGV reliant Paris à Perpignan a été jugée insuffisante par le parquet. Ce dernier a fait appel "eu égard à la gravité des faits".

L'incident a été révélé par Le Progrès. Samedi 10 août, quatre copains de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) décident d'aller piquer une tête dans la grande bleue. Ils se rendent à la gare de Lyon, à Paris, et embarquent sans billets à 7h15, direction la Méditerranée.

Joints, insultes, gifle

A bord, ils fument des joints, boivent de l'alcool. "Ils ont commencé à agresser et à terroriser les voyageurs en milieu de train", raconte un porte-parole de la SNCF. Ils arrachent les baladeurs des oreilles d'un passager, insultent une passagère et giflent même une jeune fille. Quand les deux contrôleurs à bord interviennent, ils sont accueillis par une bordée d'injures.

Les quatre resquilleurs, âgés de vingt ans selon Le Progrès, étaient "très virulents" et "terrorisaient la voiture entière", indique la SNCF. A tel point que le train a dû marquer un arrêt exceptionnel en gare de Lyon-Saint-Exupéry, où les quatre perturbateurs ont été interpellés par la police aux frontières. Placés en garde à vue, ils ont été jugés lundi à Lyon en comparution immédiate.

Le détournement a causé un retard de 45 mn sur le trajet. A leur arrivée en gare de Perpignan, les deux contrôleurs ont porté plainte pour "outrage et rébellion" envers agents de la SNCF, comme le veut la procédure en cas de débordements, précise la compagnie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.