Quand l'UMP de 2012 joue la partition du PS de 2007

A l'approche des législatives, les arguments de la droite de 2012 sont ceux de la gauche de 2007. C'est désormais l'ex-parti présidentiel qui met en garde contre "les pleins pouvoirs" aux mains du PS.

Louis San

A l'approche des élections législatives, les arguments de la droite de 2012 sont ceux de la gauche de 2007. C'est désormais l'UMP qui met en garde contre "les pleins pouvoirs" aux mains du PS et qui, comme les socialistes il y a cinq ans, appelle les Français à "ne pas mettre tous leurs œufs dans le même panier".

Nathalie Kosciusko-Morizet (G) en mars 2012 et François Hollande en décembre 2007.
Nathalie Kosciusko-Morizet (G) en mars 2012 et François Hollande en décembre 2007. (THOMAS SAMSON / JACQUES DEMARTHON / AFP)