Var : un immeuble s'effondre à Sanary-sur-Mer après une explosion

Les secours arrivés sur place ont détecté "une forte odeur de gaz". Trois blessés ont été extraits des décombres, cinq autres personnes sont actuellement recherchées.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Cinq personnes sont "probablement bloquées dans les décombres" d'un immeuble d'habitation de trois étages qui s'est effondré dans la nuit à Sanary-sur-Mer (Var), le 7 décembre 2021.  (JOEL SAGET / AFP)

Un immeuble s'est effondré, dans la nuit du lundi 6 au mardi 7 décembre, à 3h50 du matin, à Sanary-sur-Mer (Var). L'effondrement a été provoqué par une explosion, dont les causes sont encore inconnues. Mais la piste de la fuite de gaz est étudiée, car "les secours arrivés sur place ont détecté une forte odeur de gaz", selon la préfecture du Var. "Les immeubles voisins ont été évacués", précise un responsable des pompiers. 

"Parmi les cinq personnes qui étaient recherchées, on a actuellement localisé deux personnes dans les décombres et leur extraction est en cours. Il y a toujours trois personnes qui manquent à l'appel", affirme le capitaine Stéphane Nepper des pompiers du Var. "Sur les deux personnes localisées, une est consciente et l'autre est inconsciente."

Quelque 70 pompiers mobilisés

Trois autres personnes ont été blessées légèrement et ont déjà été évacuées vers l'hôpital, ont précisé les pompiers. "On ne pense pas qu'il y avait plus de personnes dans cet immeuble", a déclaré le maire de la ville, Daniel Alsters, à l'AFP, en précisant que les pompiers "ont sorti vivante une dame des décombres".

L'immeuble de trois étages est situé rue Jean Jaurès, sur le port de Sanary-sur-Mer, une ville d'environ 15 000 habitants. Quelque 70 pompiers sont mobilisés sur cette opération et ils vont recevoir le renfort d'équipes spécialisées en sauvetage et déblaiement, y compris cynophiles.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Provence-Alpes-Côte d'Azur

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.