Cet article date de plus de deux ans.

L'ex-maire de Marseille Jean-Claude Gaudin condamné à six mois de prison avec sursis dans l'affaire des heures supplémentaires des agents municipaux

L'ancien maire de Marseille, jugé mardi pour "détournement de fonds publics par négligence" dans l'affaire des heures supplémentaires à la mairie de la ville, avait décidé de plaider coupable. 

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'ancien maire de Marseille Jean-Claude Gaudin, alors en conseil municipal, le 27 janvier 2020 à Marseille (Bouches-du-Rhône).  (GERARD JULIEN / AFP)

Il a reconnu sa culpabilité. L'ancien maire de Marseille entre 1995 et 2020, Jean-Claude Gaudin, a été condamné à six mois de prison avec sursis, mardi 22 mars, pour "détournement de fonds publics par négligence", après avoir tardé à mettre un terme à un système généralisé d'heures supplémentaires indument accordées aux agents municipaux, sans travail effectif.

L'ancien élu, jugé à partir de 14 heures mardi à Paris, avait décidé de plaider coupable, avait appris lundi France Bleu Provence auprès du Parquet national financier (PNF). Il était poursuivi avec son directeur de cabinet, quatre autres anciens responsables de l'administration et l'ex-directeur du Samu social. L'enquête du Parquet national financier avait débuté en 2017, après une première enquête du parquet de Marseille.

Alors que Jean-Claude Gaudin était à la tête de la cité phocéenne, quelque 800 agents ont été payés pour des heures supplémentaires qu'ils n'ont pas effectuées, et la justice soupçonnait l'ancien élu d'avoir été négligent dans le respect de la loi. Ce dernier a d'abord nié les faits, avant de choisir de plaider coupable.

Cette reconnaissance de culpabilité lui permet, malgré une condamnation, d'éviter la peine d'un an de prison et de 15 000 euros d'amende qu'il encourait. Elle permet également à Jean-Claude Gaudin d'éviter une audience de deux semaines durant lesquelles sa gestion aurait été étalée publiquement. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.