Cet article date de plus de dix ans.

Présidentielle : pas d'anonymat des parrainages, tranche le Conseil constitutionnel

L'institution a réaffirmé que le fait de rendre les signatures d'élus pour la course à l'Elysée publiques était bien conforme à la Constitution. Marine Le Pen se voit ainsi déboutée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Conseil constitutionnel a décidé mardi 21 février 2012 que la règle imposant de rendre publics les 500 parrainages d'élus nécessaires pour concourir à la présidentielle demeurait valable. (THOMAS SAMSON / AFP)

Marine Le Pen, candidate du FN à l'élection présidentielle, Corinne Lepage, candidate de Cap 21, et Christine Boutin, qui vient d'abandonner la course à l'Elysée, avaient saisi le Conseil constitutionnel. Via une question prioritaire de constitutionnalité, elles réclamaient l'anonymat des 500 signatures d'élus nécessaires pour concourir à la présidentielle. Les Sages ont rejeté la demande, mardi 21 février. 

Le Conseil constitutionnel a confirmé dans sa décision la constitutionnalité de la publicité des parrainages. Cette règle, inscrite dans la loi organique du 6 novembre 1962 sur l'élection du président de la République au suffrage universel, "ne saurait en elle-même méconnaître le principe du pluralisme", selon la décision communiquée à la presse.

Peu après l'annonce des Sages, Marine Le Pen a réagi sur LCI : "Le Conseil constitutionnel a remis les clefs du fonctionnement démocratique aux deux grands partis", l'UMP et le PS. "S'il devait être apporté une preuve que je suis bien la candidate du peuple contre le système, je remercie le Conseil constitutionnel d'avoir donné cette preuve aujourd'hui."

Des maires objets de pressions, selon le FN

Marine Le Pen avait fait valoir à de nombreuses reprises qu'en dépit de l'audience de son parti, elle risquait de ne pas pouvoir réunir les 500 signatures d'édiles nécessaires. Selon elle, les maires font l'objet de pressions, renonçant ainsi à donner leurs signatures au Front national. Ce que l'anonymat des signatures éviterait, selon elle. La présidente du FN affirme disposer d'environ 400 promesses de signatures, sur 42 000 élus habilités à parrainer.

"Heureusement," a déclaré son père, la candidate d'extrême droite approcherait de la barre fatidique des 500. "Nous ramons désespérément", a-t-il confié mardi à i-Télé. De son côté, la présidente du FN a affirmé avoir, "à ce jour", "440 promesses" de parrainages. Mais "il ne s'agit là que de promesses, je persiste à être inquiète de cette situation".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.