Cet article date de plus de douze ans.

Préfet soupçonné de propos racistes: suite

Le procureur de Créteil a demandé un complément d'enquête dans le dossier du préfet Paul Girod de Langlade
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Paul Girot de Langlade (© F2)
Le procureur de Créteil a demandé un complément d'enquête dans le dossier du préfet Paul Girod de LangladeLe procureur de Créteil a demandé un complément d'enquête dans le dossier du préfet Paul Girod de Langlade

Celui-ci est soupçonné d'avoir tenu des propos racistes fin juillet à l'aéroport d'Orly (Val-de-Marne).

Le parquet de Créteil avait ouvert le 14 août une enquête pour "injures publiques à caractère racial" visant le préfet, après la plainte d'une agent de sûreté de l'aéroport d'Orly.

Cette enquête avait été confiée à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) de la police judiciaire parisienne, qui avait rendu un rapport courant septembre. Les raisons motivant ce complément d'enquête n'ont pas été précisées.

Les raisons motivant ce complément d'enquête n'ont pas été précisées.

Le 31 juillet, alors qu'il était en transit à l'aéroport d'Orly, le haut fonctionnaire, excédé par un contrôle, aurait déclaré, selon les propos rapportés par la plaignante : "On se croirait en Afrique", "il n'y a que des noirs ici". Une agent de sûreté de la société Securitas avait déposé plainte le 4 août pour injures racistes. Deux autres plaintes pour le même chef avaient été déposées dans les jours suivants par deux autres agents de sûreté de l'aéroport.

Le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, avait aussitôt annoncé la suspension du préfet de sa fonction de coordonnateur local pour la Réunion des états-généraux de l'Outre-mer. Ce dernier avait réagi en accusant par voie de presse M. Hortefeux d'avoir "orchestré" cette affaire "qui n'était à l'origine qu'un banal incident".

Le 9 septembre, la mise à la retraite d'office de M. Girot de Langlade avait été annoncée en Conseil des ministres. Le haut fonctionnaire avait assuré qu'il allait attaquer cette décision.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.