Cet article date de plus de douze ans.

Pour sa rentrée politique il a également réaffirmé sa préférence pour que sa fille Marine lui succède

En matière de sécurité, le chef frontiste a tiré à boulets rouges sur le président de la République, dont les annonces, selon lui "de pure apparence", ne seront "jamais suivies d'effet".Puis lui succéder à la tête du parti, M.Le Pen a réaffirmé sa préférence pour sa benjamine de ses trois filles qui porte un nom "assez emblématique".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le Pen et sa fille Marine, à Cormont (Pas-de-Calais), le 29/08/2010 (AFP/Philippe Huguen)

En matière de sécurité, le chef frontiste a tiré à boulets rouges sur le président de la République, dont les annonces, selon lui "de pure apparence", ne seront "jamais suivies d'effet".

Puis lui succéder à la tête du parti, M.Le Pen a réaffirmé sa préférence pour sa benjamine de ses trois filles qui porte un nom "assez emblématique".

Lors de son discours de clôture des journées d'été du Front national de la Jeunesse (FNJ), à Cormont (Pas-de-Calais), M.Le Pen a lancé M.Sarkozy "veut faire croire qu'il va rétablir la sécurité, ce qu'il n'a pourtant ni su, ni pu ou ni voulu faire depuis huit ans".

"A défaut de pouvoir s'en prendre à ceux qui attaquent la police à coups de fusil, il s'en prend aux automobilistes et aux Roms, c'est moins risqué", a-t-il ironisé devant plusieurs centaines de sympathisants (700 selon le FN ) venus de toute la région.

Il a également fustigé la "trahison" des dirigeants et la "corruption généralisée", en citant l'affaire Bettencourt, puis les négociations entre la mairie de Paris et le camp présidentiel dans l'affaire des emplois fictifs.

Il a contesté à l'eurodéputée écologiste d'origine norvégienne Eva Joly le droit de se présenter en 2012 en raison de son absence de "lien direct" avec la France, "même pas celui de la naissance".

Discours sécuritaire: Le Pen prend date
Conscient que la stratégie de Nicolas Sarkozy l'avait mis en difficulté lors de la présidentielle de 2007, le président du FN a aussi assuré aux journalistes que "cette fois-ci", les "Français ont compris".

Il veut espérer que le discours sécuritaire sera "à double détente", car selon lui, il "exonère le FN des critiques très virulentes qui lui ont été faites" sans forcément convaincre les électeurs.

Gollsnisch: absence remarquée
Alors que la compétition interne entre l'élue du Nord-Pas-de-Calais et Bruno Gollnisch, l'autre candidat doit commencer mercredi pour la conquête de la tête du FN (passation de pouvoir en janvier, ndlr), M.Le Pen, est arrivé avec sa fille Marine, acclamés par des "Le Pen".

M Golnisch, lui, n'était pas présent. Il s'était plaint de pas être invité. Puis, on lui a fait savoir qu'il était le bienvenu, mais il a décliné l'invitation disant avoir pris des engagements.

Samedi, il a participé à Toulon à une commémoration en hommage à Raoul Salan, l'un des quatre généraux qui tentèrent le putsch d'Alger en 1961 pour défendre l'Algérie française, puis qui dirigea l'Organisation de l'Armée secrète.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.