Pour riposter aux kalachnikovs, la BAC prône les fusils à pompe

Alliance, le second syndicat de gardiens de la paix, a demandé lundi 5 décembre que les policiers des brigades anti-criminalité soient dotés de ces armes. Cette requête fait suite à une série de fusillades meurtrières à Marseille.

Un agent des douanes saisit une kalachnikov trouvée dans le coffre d\'une voiture, lors d\'une opération de contrôle, à Marseille, le 22 novembre 2010.
Un agent des douanes saisit une kalachnikov trouvée dans le coffre d'une voiture, lors d'une opération de contrôle, à Marseille, le 22 novembre 2010. (ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP)

Trois fusillades à la kalachnikov et trois morts en une semaine à Marseille. Face à la multiplication des braquages, cambriolages et règlements de compte où les délinquants n'hésitent plus à se servir de fusils d'assaut, Alliance a demandé, lundi 5 décembre, que les policiers des brigades anti-criminalité (Bac) soient "à nouveau dotés de fusils à pompe". Une requête conforme "aux souhaits des effectifs de la BAC", dont l'un des hommes a été grièvement blessé par balles à Vitrolles (Bouches-du-Rhône), fin novembre.

Jean-Claude Delage, le secrétaire général du syndicat de police Alliance, explique mercredi 7 décembre que "face à des voyous déterminés, armés, de plus en plus violents, qui utilisent des armes de guerre", le pistolet mitrailleur n'est pas toujours suffisant. Le fusil à pompe est, selon lui, rassurant pour les policiers et dissuasif pour les délinquants.

France 2

"Toutes les polices des pays occidentaux en sont équipées"

Frédéric Lagache, secrétaire général adjoint du syndicat, parle lui d'une "mesure provisoire" en "attendant que les  policiers des BAC aient un nouvel armement pouvant faire face aux armes de très gros calibre des délinquants qui vont au contact rapproché avec eux". Charles Pellegrini, ancien commissaire de police et spécialiste du grand banditisme, approuve et argumente : "connu", "redoutable", "fiable", le fusil à pompe serait un "avantage" pour la BAC. De plus, "toutes les polices de tous les pays occidentaux sont équipées de fusils à pompe".

France 2

Les risques d'une course à l'armement

Lamine Thiam, directeur général de Promévil et médiateur urbain, redoute que les criminels eux-mêmes ne surenchérissent. Plutôt que la course à l'armement, il prône la prévention auprès des jeunes tentés par la délinquance.

France 2

"Les problèmes de fond de la formation et des effectifs ne vont pas être réglés simplement avec des fusils à pompe", rétorque le secrétaire général du premier syndicat de gardiens de la paix, Nicolas Comte, qui demande au gouvernement de mettre fin à la Révision générale des politiques publiques. "Un vrai problème de fond".