Cet article date de plus de dix ans.

Pour la Cour de cassation, le non-respect d'une obligation claire du code de la route n'est pas nécessairement une faute

Alors que, selon le code, "les cyclomoteurs et les quadricycles légers à moteur doivent circuler avec le ou leurs feux de croisement allumés", la Cour juge qu'il n'y a pas de faute à circuler sans lumière lorsque la visibilité est "suffisante".Pour les juges, en cas d'accident, ce non-respect du code ne limite l'indemnisation de la victime.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un policier en train d'effectuer un contrôle policier à Paris (archives) (AFP PHOTO / Martin BUREAU)

Alors que, selon le code, "les cyclomoteurs et les quadricycles légers à moteur doivent circuler avec le ou leurs feux de croisement allumés", la Cour juge qu'il n'y a pas de faute à circuler sans lumière lorsque la visibilité est "suffisante".

Pour les juges, en cas d'accident, ce non-respect du code ne limite l'indemnisation de la victime.

Un cyclomotoriste réclamait une indemnisation à un automobiliste après un accident. Ce dernier répondait que l'indemnisation devait être diminuée car le cyclomotoriste était en faute : il roulait sans éclairage alors qu'il est imposé de jour comme de nuit par le code de la route.

Mais la justice lui a donné tort. Il n'y avait pas de faute.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.