La France est en récession, selon l'OCDE

Entre avril et juin, la croissance a reculé de -0,2%, avant de connaître une baisse de -0,4% entre juillet et septembre, d'après les prévisions de l'organisation.

En 2012, la France a connu deux trimestres de croissance négative, estime l\'OCDE dans un rapport publié le 6 septembre 2012. 
En 2012, la France a connu deux trimestres de croissance négative, estime l'OCDE dans un rapport publié le 6 septembre 2012.  (JOEL SAGET / AFP)

ECONOMIE – Dans un rapport rendu public jeudi 6 septembre, l'OCDE revoit à la baisse les prévisions de croissance pour 2012 des pays du G7. Une mauvaise nouvelle pour la France qui, selon ces nouveaux résultats, est en pleine récession.

Une récession se caractérise par deux trimestres de croissance négative. Or, entre avril et juin, l'économie française a enregistré une baisse du PIB de -0,2%, avant de connaître une baisse de -0,4% entre juillet et septembre, selon les prévisions de l'Organisation de coopération et de développement économiques.

La croissance en 2012 revue à la baisse à 0,1% 

L'OCDE indique par ailleurs que l'économie française ne progresse que de 0,1% sur toute l'année 2012, contre 0,6% attendus auparavant.

Le gouvernement, qui se base sur les chiffres d'Eurostat, table pour sa part sur une croissance de 0,3%. Selon les statistiques de l'Insee, l'économie française n'a pas reculé, mais stagné aux deux premiers trimestres à 0%, rappelle Le Figaro.fr.

La quasi-totalité du G7 concerné

Jugeant que "la crise de la zone euro demeure le principal risque pour l'économie mondiale", l'OCDE a revu à la baisse ses prévisions de croissance pour 2012 pour la quasi-totalité des pays riches du G7, à l'exception du Japon. L'Allemagne ne devrait enregistrer qu'une croissance de 0,8% cette année, contre 1,2% attendus dans les précédentes prévisions publiées en mai. Quant à l'Italie, elle devrait encaisser une récession de 2,4%, encore plus profonde qu'attendu jusque-là (-1,7%).

En revanche, cette révision à la baisse est minime pour les Etats-Unis, où l'organisation s'attend à une croissance de 2,3% cette année, au lieu de 2,4%. Au Canada, la progression de l'activité devrait également rester relativement soutenue (+1,9% au lieu de 2,2%).