Poulet : attention au label bio

Tous les poulets bio sont-ils logés à la même enseigne ?  Y a-t-il des différences entre circuits courts et grande distribution ?

France 2

Le poulet en barquette est devenu un incontournable des rayons de supermarché. Un Français en consomme en moyenne 24 kilos chaque année, dont près de la moitié, selon une étude, sont estampillés bio. Mais tous ne sont pas logés à la même enseigne, et il y a des différences entre les produits vendus en circuit court et en grande distribution.

Dans un magasin qui vend des poulets de petits producteurs, des Français assurent que c'est "nettement meilleur qu'en supermarché, même en bio". "La viande de grande distribution, ce sont de grands élevages, je ne sais pas si les animaux sont respectés", ajoute une femme.

Une chair plus ferme

Une équipe de France 2 a comparé deux élevages, un de 400 poulets, un de 4 000. Dans celui destiné à la grande distribution, on trouve 10 poulets par mètre carré, le maximum autorisé pour un élevage bio, quand François Bérard, producteur de Bourdeaux dans la Drôme, en élève 6 par mètre carré. "Mes animaux sont bien, ils ont la place de marcher, de s'alimenter normalement, de vivre", explique-t-il. François Bérard prend aussi grand soin de leur alimentation : il les nourrit essentiellement de grain produit directement sur sa ferme, "sans pesticides ni produits chimiques".

Pour la grande distribution, les poulets sont abattus à l'âge de 81 jours, le minimum réglementaire pour le poulet bio, mais ce sera 118 jours pour les animaux de François Bérard. "Ils ont eu le temps de courir, de devenir adulte", sourit le producteur. Résultat, des poulets goûteux, à la chair ferme.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'entreprise LDC, qui commercialise les poulets de Loué, figure parmi les entreprises condamnées le 6 mai 2015 par l\'Autorité de la concurrence.
L'entreprise LDC, qui commercialise les poulets de Loué, figure parmi les entreprises condamnées le 6 mai 2015 par l'Autorité de la concurrence. (MYCHELE DANIAU / AFP)