PIP fabriquait aussi des implants testiculaires et pectoraux

La société de prothèses mammaires fournissait également des produits pour les hommes, révèle "Le Parisien" jeudi matin.

Le scandale sanitaire des prothèses PIP touche aussi les hommes. La société d'implants mammaires défectueux fabriquait en effet des prothèses de testicules en silicone, de faux pectoraux et des implants fessiers, révèle Le Parisien (article payant), jeudi 5 janvier, après avoir recueilli les témoignages d'ex-salariés.

La majeure partie de cette production était destinée à l'exportation. Rien n'indique à l'heure actuelle que la silicone utilisée pour ce type de prothèses était défectueuse, précise Le Parisien. L'Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé), contactée par le quotidien, indique que, "en France, la société n'a pas déclaré autre chose que de la production d'implants mammaires."

Des prothèses PIP pour les centres anti-cancéreux

En outre, selon Le Figaro, l'entreprise PIP aurait également été le fournisseur de prothèses mammaires pour des centres anticancéreux français jusqu'en 2010, dont les prestigieux Institut Gustave Roussy et l'Institut Curie. "Les prix bas pratiqués par PIP ont sans doute joué dans ce choix", confie un praticien au quotidien.

Le comité de suivi ministériel des victimes des implants mammaires PIP, portés par 30 000 femmes en France, doit se réunir jeudi en fin d'après-midi au ministère de la Santé.