Petites histoires d'une grande élection

FTVi passe en revue les petits incidents qui ont bousculé la journée du second tour de l'élection présidentielle.

Dans un bureau de vote de Strasbourg (Bas-Rhin), le 6 mai 2012.
Dans un bureau de vote de Strasbourg (Bas-Rhin), le 6 mai 2012. (FREDERICK FLORIN / AFP)

Plaisanteries, vandalisme et accidents d'isoloir. Le résultat de l'élection présidentielle ne devrait pas en être bouleversé, mais quelques incidents ont émaillé le scrutin crucial du dimanche 6 mai.

• Petites blagues par SMS

"Les électeurs de François Hollande voteront le 6 mai et ceux de Nicolas Sarkozy le 7." Vous avez peut-être reçu ce texto plusieurs fois depuis hier, ou un autre portant le message inverse. Ce type de SMS pourrait bien tromper quelques électeurs mal informés. Le Huffington Post a recensé ces blagues douteuses et mauvais conseils, qui circulent sur les portables et les réseaux sociaux depuis samedi.

 

Evidemment, il vaut mieux éviter les gribouillages sur les bulletins, qui invalident le vote.

• L'urne qui ne savait plus compter

Le compteur de l’urne d’un bureau de vote d’Argentan (Orne) est tombé en panne dimanche matin, faussant en partie le taux de participation enregistré à midi, rapporte Ouest France.

• Un bureau de vote muré à Marseille

"Ce tombeau sera votre tombeau." Taguée sur le mur d'une école accueillant deux bureaux de vote à Marseille, la réplique tirée d'Astérix et Cléopâtre a été prise très au sérieux par la mairie. D'autant plus que les entrées des bureaux de vote ont été murées avec des parpaings. Dans sept autres bureaux de la ville, des serrures ont été goudronnées et des portes siliconées. Ils ont tout de même pu ouvrir à temps pour accueillir les électeurs lève-tôt.

• Un mort dans un bureau de vote

Il est mort quelques instants après avoir rempli son devoir citoyen, écrit 20 Minutes.fr. Un homme de 86 ans a été terrassé par un malaise cardiaque à la sortie d’un bureau de vote, à Joux (Rhône). "Mais ce dramatique incident n’a pas perturbé le vote. La procédure n’a pas été suspendue", a assuré la préfecture du Rhône. Les urnes ont été déplacées pour permettre aux électeurs de continuer à voter. Le bulletin du défunt sera pris en compte normalement.

• Accident d'isoloir

Ce monsieur-là a eu plus de chance. Un centenaire qui s'apprêtait à voter à Dijon (Côte-d'Or) pour le premier tour, le 22 avril, a reçu sur la tête l'isoloir qui le protégeait des regards, a rapporté le quotidien local Le Bien Public. Légèrement blessé au crâne, il a été soigné sur place et a pu voter.