Sarthe : un magnétiseur condamné à 20 ans de prison pour viols et agressions sexuelles

Publié
Durée de la vidéo : 3 min
Sarthe : un magnétiseur condamné à 20 ans de prison pour viols et agressions sexuelles
Sarthe : un magnétiseur condamné à 20 ans de prison pour viols et agressions sexuelles Sarthe : un magnétiseur condamné à 20 ans de prison pour viols et agressions sexuelles (franceinfo)
Article rédigé par franceinfo - L.Augry, A.Gras, A.Cohen, J.Chouquet
France Télévisions
Un magnétiseur prétendait pouvoir guérir différentes maladies. Il incitait ses clientes à se déshabiller pour ensuite les agresser.

Dans la Sarthe, un magnétiseur a été condamné à 20 ans de prison pour viols et agressions sexuelles lors de ses séances de magnétisme. L'homme prétendait pouvoir tout guérir grâce au magnétisme, sorte de fluide énergétique dont il serait doté. Lors des séances, il faisait des prédictions à ses clientes avec un pendule, en les poussant à se déshabiller. "Le magnétisme ne pouvait pas passer s'il y avait des vêtements", témoigne Sophie, qui est allée le voir pour sa sclérose en plaques.  

Une emprise psychologique importante 

Le médecin a invité Sophie à faire venir sa fille, qui souffrait de règles douloureuses, avant d'agresser sexuellement cette dernière. Les séances ont duré plusieurs mois. Le magnétiseur a développé une emprise psychologique sur les deux femmes, pendant et après les séances. "Il y avait un envahissement total (…) dans la vie des victimes", explique Nicolas Calderero, avocat des parties civiles.  

Ces leviers sont bien connus des associations de lutte contre les dérives sectaires, qui voient dans le magnétisme les mêmes problématiques que dans toutes les pratiques non conventionnelles. "L'idée c'est d'entretenir la confusion entre sciences et non sciences, pseudo-thérapie et thérapie scientifique", explique Pascale Duval, porte-parole de l'Unadfi. Entre 2022 et 2023, une quinzaine de condamnations de magnétiseurs pour agressions sexuelles et viols ont été prononcées par des tribunaux en France.  

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.