Violences à la fac de droit de Montpellier : le doyen démissionnaire et un professeur placés en garde à vue

Dans la nuit de jeudi à vendredi, l'occupation par des étudiants grévistes d'un amphithéâtre a dégénéré, avec l'intrusion d'hommes cagoulés qui ont violemment expulsé les contestataires.

L\'accès de l\'amphithéâtre Paul Valéry bloqué par des étudiants, mardi 27 mars 2018 à Montpellier (Hérault).
L'accès de l'amphithéâtre Paul Valéry bloqué par des étudiants, mardi 27 mars 2018 à Montpellier (Hérault). (SYLVAIN THOMAS / AFP)

L'enquête sur les violences commises à la fac de droit de Montpellier (Hérault) avance. Le doyen démissionnaire de la fac de droit de Montpellier, Philippe Pétel, ainsi qu'un professeur sont entendus en garde à vue, mercredi 28 mars, dans le cadre de l'enquête ouverte après l'expulsion violente d'étudiants grévistes d'un amphithéâtre la semaine dernière, a-t-on appris auprès du procureur de la République de Montpellier.

Une enquête a été ouverte pour des faits de violences en réunion et avec arme après l'expédition punitive menée par des hommes cagoulés dans la nuit de jeudi 22 à vendredi 23 mars et visant des étudiants protestant contre la loi Vidal modifiant les conditions d'accès à l'université. Une enquête administrative a par ailleurs débuté lundi pour faire la lumière sur cette violente intrusion, au cours de laquelle des étudiants ont assuré avoir reconnu des professeurs.