REPLAY. Double meurtre dans les Cévennes : retrouvez l'intégralité de la conférence de presse après la reddition du suspect

Valentin Marcone s'est rendu sans opposer de résistance en début de soirée, vendredi, alors que les gendarmes avaient découvert sa cache. 

Ce qu'il faut savoir

La fin de quatre jours de traque. Valentin Marcone, l'homme de 29 ans soupçonné d'avoir tué son patron et un de ses collègues dans la scierie où il était employé, dans le village des Plantiers (Gard), s'est rendu vendredi 14 mai, a annoncé le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, sur Twitter. Le suspect a été interpellé sans heurt et il n'y a pas eu de blessé, selon les informations de franceinfo. Il a été placé en garde à vue pour "assassinats", a plus tard annoncé le procureur de la République de Nîmes, Eric Maurel, lors d'une conférence de presse. 

Le fugitif retrouvé à 5 km de la scierie. Selon les informations de franceinfo, Valentin Marcone s'est rendu sans opposer de résistance, alors que les gendarmes avaient découvert sa cache, près de l'église Saint-Marcel de Fontfouillouse. Ce lieu, accessible seulement par des chemins de randonnées, se situe à 5 kilomètres de la scierie où le drame s'est déroulé mardi. Il était en tenue de camouflage lors de son interpellation. 

 "Excusez-moi, je me rends." Le suspect s'est rendu vers 19h15 vendredi, a précisé le général Arnaud Browaëys, commandant des opérations de recherches, lors de la conférence de presse organisée vendredi soir. "Sentant une nouvelle fois probablement [une] équipe s'approcher, il a quitté sa cache, il est redescendu vers son domicile. Il s'est rendu à la première patrouille de gendarmes en disant : 'Excusez -moi, je me rends'", a-t-il relaté.

Le fugitif retrouvé très affaibli. Le commandant des opérations de recherches, Arnaud Browaëys, a décrit un homme "hagard, extrêmement affaibli, qui avait abandonné tout espoir de pouvoir s'en sortir normalement". "Il a fallu lui donner à boire et à manger", et "il n'avait plus d'armes" lors de sa reddition, a-t-il détaillé. 

 Un important dispositif de recherches. Pas moins de 350 gendarmes, aidés de chiens, d'hélicoptères et de drones, ont été mobilisés pour retrouver le fugitif. Jeudi, la gendarmerie du Gard avait lancé un appel à témoins sur les réseaux sociaux, et des mégaphones avaient diffusé le message de son père qui l'implorait de se rendre. 

L'auteur présumé d'un double meurtre. Mardi, à la suite d'une simple remarque de son patron, à qui il n'aurait pas dit bonjour, Valentin Marcone aurait sorti un pistolet et tiré, l'abattant lui, puis un de ses collègues, avant de prendre la fuite dans la forêt cévenole. Il était alors armé d'un pistolet et d'un fusil de précision capable d'atteindre une cible à plusieurs mètres.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #GARD

00h14 : On rembobine la soirée (chargée) :

Traqué durant plus de trois jours, Valentin Marcone, l'auteur présumé d'un double meurtre dans les Cévennes, s'est rendu. "Affaibli et hagard", il a été placé en garde à vue pour "assassinats" et a présenté ses excuses aux gendarmes.

#ISRAEL "Ils payent et continueront de payer chèrement. Ce n'est pas encore fini", a assuré le Premier ministre israélien, Benyamin Nétanyahou, alors que les violences de ces derniers jours ont déjà fait plus de 130 morts, en majorité palestiniens.

#PALESTINE Les organisateurs de la manifestation pro-palestinienne samedi à Paris ont maintenu leur appel à manifester, en dépit de l'interdiction confirmée par la justice, refusant de "taire [leur] solidarité avec les Palestiniens".

#IVRY Une adolescente de 17 ans a été tuée à coup de couteau à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne) sur fond de rivalités sur les réseaux sociaux. Un suspect de 14 ans a été interpellé à Massy (Essonne).

Ce direct est désormais terminé. Il reprendra samedi à 9 heures.

22h14 : La conférence de presse consécutive à la reddition de Valentin Marcone, soupçonné d'avoir tué son patron et l'un de ses collègues dans la scierie où il était employé, mardi, est désormais terminée. Voici ce qu'il faut en retenir :

- Le suspect s'est rendu aux gendarmes en début de soirée, sans violence, alors que le GIGN effectuait un ratissage de la zone près des Plantiers.

- Il était "extrêmement affaibli" lors de son interpellation. Il a indiqué où étaient cachées les armes avec lesquelles il avait pris la fuite, et s'est excusé.

- Il a été placé en garde en vue pour "assassinats" sur les deux victimes de la scierie des Plantiers.

- Sa famille se dit "soulagée" qu'un bain de sang ait été évité.

22h10 : Marie-Françoise Lecaillon, préfète du Gard, salue à son tour le travail des gendarmes. Elle promet de "rester en contact" avec la commune pour établir un dispositif d'accompagnement des habitants.

22h06 : "Dès qu'il s'est rendu je me suis entretenu avec son épouse et son beau-père. Ils sont soulagés (...) qu'il n'y ait pas eu un bain de sang. Mais évidemment [pour] eux aussi (...) il va falloir être accompagné par des gens qui savent soulager la plaie d'autrui", dit le maire des Plantiers.

(FRANCEINFO)

22h02 : C'est désormais le maire des Plantiers, où a eu lieu le double-meurtre mardi et où le suspect a été interpellé, qui s'exprime. "Les mots vont peut-être émerger demain ou après-demain, mais pour le moment on est dans l'émotion, le silence, le soulagement", dit Bernard Mounier.

21h59 : Les appels à témoins ont-ils aidé ? "C'est véritablement le travail sur le terrain des gendarmes qui a permis la localisation et l'interpellation de cet individu", selon le procureur.

21h56 : Lorsqu'il a été au contact des gendarmes, le suspect s'est excusé, assure le procureur de la République de Nîmes. (FRANCEINFO)

21h58 : Le procureur de la République de Nîmes annonce que le suspect qui s'est rendu dans les Cévennes a été placé en garde en vue pour "assassinats" sur les deux victimes de la scierie des Plantiers, mardi, où lui-même était employé.

21h53 : Eric Maurel commence par adresser ses "plus vives félicitations" aux gendarmes.

21h53 : C'est désormais le procureur de la République de Nîmes, Eric Maurel, qui prend la parole.

21h55 : Le suspect a ensuite indiqué aux gendarmes où étaient situées ses armes. Sa cache a été retrouvée, elle consistait en une "couche de branchages", selon le commandant.

21h48 : "Un certain nombre d'indices nous laissait penser qu'il n'avait pas quitté la zone", explique le commandant, ce qui explique que le périmètre de recherches ait été "extrêmement limité". Le suspect du double-meurtre "n'avait plus d'armes" quand il s'est rendu.

(FRANCEINFO)

21h46 : "Il se terrait, il s'était camouflé (...) on pouvait passer à quelques mètres de lui" sans le voir. Valentin Marcone était "extrêmement affaibli, hagard" lors de sa reddition, assure encore Arnaud Browaëys, le commandant des opérations de recherches.

21h45 : Le suspect a été interpellé après avoir "quitté sa cache", lors d'un "ratissage par le GIGN de la zone de recherches, précédé par une équipe cynophile", explique le commandant. "Il s'est rendu à la première patrouille de gendarmes qui s'est présenté en disant 'excusez-moi, je me rends'".

21h42 : "A 19H15 exactement Valentin Marcone s'est rendu aux gendarmes après quatre jours de traque", entame Arnaud Browaëys, commandant des opérations, qui évoque la "forte pression qui a été exercée sur lui par les gendarmes".

21h40 : Le procureur de la République de Nîmes s'exprime lors d'une conférence de presse, après la reddition de l'homme soupçonné d'un double-meurtre dans une scierie dans la commune des Plantiers, mardi. Vous pouvez la suivre en direct ici ou sur le canal 27 de votre télévision.

21h10 : Le père de Valentin Marcone, soupçonné du double-meurtre dans la scierie des Plantiers (Gard), mardi parle de "soulagement" auprès de France Bleu Gard Lozère après l'annonce de la reddition de son fils. Pendant la traque, à l'initiative de la gendarmerie, il avait enregistré un message à destination de son fils pour l'appeler à se rendre.