Pyrénées-Atlantiques : deux pêcheurs portés disparus et un secouru après un accident au large de Ciboure

Deux pêcheurs sont activement recherchés ce vendredi dans les Pyrénées-Atlantiques. Leur bateau, parti d'Arcachon, s'est échoué cette nuit près de la digue de Socoa selon France Bleu Pays Basque. Un troisième homme a été secouru.
Article rédigé par franceinfo - France Bleu Pays Basque
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Un bateau de pêche s'est échoué à Ciboure, dans les Pyrénées-Atlantiques, dans la nuit du 21 au 22 décembre 2023 (Paul Nicolai / RADIO FRANCE)

Un pêcheur a été secouru mais deux autres sont toujours portés disparus ce vendredi matin, après le naufrage dans la nuit de leur bateau, a appris France Bleu Pays Basque. La préfecture des Pyrénées-Atlantiques assure que les recherches se poursuivent.

Un bateau de pêche s'est échoué à Ciboure, dans les Pyrénées-Atlantiques, dans la nuit du 21 au 22 décembre 2023 (Morgane Heuclin-Reffait / RADIO FRANCE)

Dans la nuit de jeudi à vendredi, vers 2h30, un bateau de pêche avec trois personnes à bord, parti d’Arcachon et qui se dirigeait vers Saint-Jean-de-Luz, s’est échoué à proximité de la digue de Socoa, explique la préfecture des Pyrénées-Atlantiques dans un communiqué publié sur X.

De nombreux secours déployés pour retrouver les deux pêcheurs

Un important dispositif de secours a été déployé : 24 sapeurs-pompiers, dont des sauveteurs côtiers, une équipe de plongeurs, un groupe de soutien sanitaire, une équipe drone et une équipe nautique. Une navette SNSM a également été mobilisée ainsi que deux hélicoptères. Un homme de 40 ans a pu être secouru. Il a été transporté au centre hospitalier de la côte basque.

"Les recherches se poursuivent pour retrouver les deux autres pêcheurs actuellement portés disparus, indique la préfecture des Pyrénées-Atlantiques, les conditions de mer rendant les opérations particulièrement difficiles". Les deux pêcheurs portés disparus sont âgés de 30 et 58 ans. Ils sont de nationalité sénégalaise, rapporte cette même source.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.