Cet article date de plus de sept ans.

Rugby : Biarritz - Bayonne dans la même galère

L'une des fiertés du Pays Basque, ce sont ses deux clubs de rugby en Top 14 : Bayonne et Biarritz. Une fierté néanmoins assombrie par les résultats, à dix journées de la fin de la saison régulière. Biarritz, dernier au classement, est quasiment condamné à évoluer l'an prochain en pro D2 et Bayonne, avant-dernier, va tenter jusqu'au bout de jouer le maintien parmi l'élite. Y-a-t-il encore la place pour deux équipes à ce niveau de la compétition ?
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

La 17e journée du Top 14 de rugby sera déterminante
pour les deux clubs du Pays Basque. Demain samedi, Bayonne, 14e et dernier du classement
accueillera le leader Clermont à 18h30 et à quelques kilomètres, à la même heure,
Biarritz, à peine mieux classé, 13e du championnat, recevra Oyonnax. Les deux équipes sont dos au mur. Alors qu'une tentative de rapprochement des deux clubs évoquée
en décembre a totalement échoué, France Info repose la question.

Y a-t-il de la place pour deux équipes basques au Top 14 ?

Imanol Harinordoquy, l'ex-troisième ligne du XV de France
est certainement l'un des joueurs les plus emblématiques du Biarritz Olympique
(BO). Il déplore la situation actuelle et il ne serait pas opposé à une équipe
professionnelle, née d'un rapprochement avec
Bayonne : "ça m'embêterait que le Pays Basque ne soit pas
représenté au niveau de l'élite
".

Le projet de regroupement, à condition de garder deux clubs
amateurs distincts, ne séduit pas qu'Imanol Harinordoquy, Aretz Iguiniz, pilier
de l'aviron Bayonnais, est aussi favorable à cette évolution: "pourquoi pas un club basque ? "

En décembre, une tentative de rapprochement a échoué. Les discussions
entre les deux présidents, Alain Afflelou pour Bayonne et Serge Blanco pour
Biarritz, n'ont pas abouti. Le maire de Bayonne,
Jean Grenet, favorable depuis longtemps à un dialogue entre les deux entités estime que le moment choisi et la manière de procéder n'étaient pas bons : "ça été engagé en pleine saison et sur des détails, ça n'a
pas de sens
"

Les supporters, surtout à Bayonne, ne sont pas chauds à
l'idée d'encourager une équipe commune et pourtant Stéphane Pouget, le
Directeur Général de l'Aviron Bayonnais estime qu'il n'y a de la place, à terme,
que pour un seul club : "Economiquement, nos adversaires sont solides, il sera
difficile de maintenir deux clubs au Pays Basque
".

L'agglomération bayonnaise ne compte qu'un peu moins de
130 000 habitants, ce n'est pas simplement une question économique : certains
clubs de Top 14 font mieux avec des budgets nettement moins importants mais le
rapprochement des deux clubs semble inévitable au Pays Basque, au risque de se
contenter de derbys au niveau inférieur.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.