"On apprend, on n'échoue pas" : Franky Zapata optimiste pour sa deuxième tentative de traversée de la Manche en Flyboard

"L'homme volant" retente la traversée de la Manche dimanche, 10 jours après sa première tentative.

Frank Zapata sur son Flyboard Air durant un vol d\'essai, à Saint-Inglevert (Pas-de-Calais), le 24 juillet 2019.
Frank Zapata sur son Flyboard Air durant un vol d'essai, à Saint-Inglevert (Pas-de-Calais), le 24 juillet 2019. (DENIS CHARLET/AFP)

À peine sauvé des eaux, déjà au boulot. Depuis sa chute dans la Manche le 25 juillet dernier, Franky Zapata et son équipe ont travaillé plus de 15 heures par jour pour remettre le Flyobard en état et entendre vrombir la machine. Le Français retente dimanche 4 août sa traversée de la Manche, 35 kilomètres entre Sangatte (Pas-de-Calais) et St Margaret's Bay, en Angleterre.

Pas question, cette fois, d'être déséquilibré. Le ravitaillement doit rester une halte, pas un coup d'arrêt. "On a pris un bateau plus grand. On a appris de nos erreurs, assure Franky Zapata. On va positionner le bateau de manière différente par rapport aux vagues. Je vais aborder la plateforme avec une autre trajectoire."

On a analysé des vidéos, on a très bien vu ce qui posait problème.Franky Zapataà franceinfo

L'homme volant espère pouvoir quitter le ravitaillement sans encombre et repartir avec un nouveau sac à dos chargé en kérosène pour alimenter les cinq mini-turbo réacteurs qui font avancer son Flyboard. Il peut aller jusqu'à 190 km/h mais n'a qu'une dizaine de minutes d'autonomie. Franky Zapata vise donc une traversée en un peu moins d'une vingtaine de minutes. La météo est annoncée comme "favorable".

"On tire les leçons"

Sur le papier, il n'y a que du positif, y compris le moral du Marseillais. "Il n'y a ne serait-ce qu'un an, c'était inimaginable que quelqu'un puisse traverser la Manche sur une planche volante, explique Franky Zapata. Donc on apprend, on n'échoue pas. On en tire des leçons. Comment améliorer et comment aller plus loin." Et si cette traversée est encore interrompue, il persévèrera. "Si ça rate, je me relancerai, assure-t-il. Alors c'est sûr que ce ne sera pas dans l'immédiat. Il faudra vraiment prendre le temps car là ce n'est pas possible, on est épuisés. Mais bien sûr que je recommencerai."

Si Franky Zapata préfère évidemment aborder cette deuxième tentative de manière positive, c'est aussi parce qu'il y a d'autres projets qui attendent. "Si ça marche, il y a plein de challenges. On a des projets qu'on a vendus, à terminer, mais notre défi, c'est une voiture volante qui doit sortir avant la fin de l'année. Je dirais que ce sera notre fil conducteur jusqu'à Noël."

Franky Zapata n'est pas qu'un "Géo Trouvetou" amateur de sensations fortes. Il sait que sa tentative sera observée en haut-lieu. Son Flyboard intéresse notamment les forces spéciales françaises qui pensent que l'appareil pourrait être utile pour des opérations spéciales en pleine ville.