Michelin a été condamné lundi pour "faute inexcusable" par le tribunal des affaires de Sécurité sociale d'Epinal

Une dizaine de salariés, qui ont déclaré des maladies liées à l'amiante, avaient saisi le tribunal en octobre dernier."Michelin savait qu'il y avait de l'amiante à l'usine de Golbey, mais ils n'ont pas mis les moyens pour protéger les gens", avait alors expliqué Nicolas Doridant, délégué syndical Sud.

Une dizaine de salariés, qui ont déclaré des maladies liées à l'amiante, avaient saisi le tribunal en octobre dernier.

"Michelin savait qu'il y avait de l'amiante à l'usine de Golbey, mais ils n'ont pas mis les moyens pour protéger les gens", avait alors expliqué Nicolas Doridant, délégué syndical Sud.

"Michelin , pas plus que l'Etat, ne savait quels étaient les effets dangereux de ce produit", avait répondu l'avocat de Michelin, lors de l'audience d'octobre dernier.

A l'annonce du jugement, Nicolas Doridant a estimé que c'était "une bonne décision pour les salariés, le tribunal ayant reconnu que Michelin était en défaut : c'est le principe du pollueur-payeur".

"Treize nouveaux dossiers vont être déposés prochainement devant le tribunal", a en outre indiqué Nicolas Doridant, qui espère que le jugement d'Epinal de lundi fera jurisprudence.

Le site de Golbey, créé en 1969, a compté jusqu'à 1.200 salariés, mais il n'en a plus que 600 aujourd'hui. Il fabrique des renforts métalliques qui entrent dans la composition des pneus. Pour la direction, le retrait des pièces amiantées a démarré dès 1977 et a été terminé en 1996.